HANA YORI DANGO Saisons 1 et 2

SAISON 1

SYNOPSIS

Tsukushi Makino, 16 ans, étudie à Eitoku, un lycée privé réservé à la crème de la haute société japonaise. Les étudiants y sont tous extrêmement riches et superficiels. Ils privilégient le clinquant aux études même. Papa paiera le reste !

Tsukushi est ce qu’on appelle une roturière. Elle vient d’un milieu modeste au sein duquel on lui a enseigné la valeur du travail. Ses parents se sont sacrifiés pour l’envoyer dans cette école prestigieuse en espérant qu’elle y trouver un mari fortuné.
Détestant cette école, elle décide de ne pas faire de vague et de rester le plus discrète possible. Mais c’était sans compter avec le F4 !

Le F4 est un groupe de 4 garçons qui fait régner la terreur entre les murs de l’établissement scolaire. Pour ce faire, ils se servent de cartons rouges. La victime d’un de ces bouts de papier est automatiquement répudiée par tout le lycée et subit mille tortures.
La direction de l’école ferme les yeux sur les violences des F4. Il ne faudrait pas vexer les parents de ces 4 fanfarons qui alimentent la trésorerie.

Tsukushi, après s’être interposée entre le leader du F4 et Sakurako (une petite nouvelle), va s’attirer un carton rouge. Elle va alors goûter à la persécution durant des jours.
Ni tenant plus, elle enverra au tapis, d’un seul coup de poing, ce gredin de Dômyoji (le leader)…


OPENING 1


 

FICHE TECHNIQUE

Création originale de Yôko Kamio
Année : 2005
Nombre d’épisodes : 9
Production : TBS Television
Première diffusion : le 21/10/05
Dernière diffusion : le 16/12/05
Musique : Kosuke Yamashita
Genre : Humour, Romance, Amitié, Lycée
Pays : Japon

Thèmes de la série

PLANETARIUM (Ai Otsuka)

WISH (Arashi)

CASTING

*Inoue Mao : Tsukushi Makino
*Matsumoto Jun : Tsukasa Dômyôji
*Oguri Shun : Rui Hanazawa
*Matsuda Shota : Nishikado Sôjirô
*Abe Tsuyoshi : Akira Mimasaka

MON AVIS

Il va falloir que j’aille chercher au fin fond de ma mémoire pour vous parler de mes sentiments à propos de ce drama. J’ai du le voir en 2007 ou 2008. On peut dire que ça date.

Quoiqu’il en soit, la première chose que vous devez savoir c’est que cette série est estampillée du label (invisible)…

Drama CULTISSIME

Si tu aimes les dramas, alors tu connais HANA YORI DANGO. Il est si réputé que plusieurs pays ont repris le scénario pour recréer leur HANA YORI DANGO : METEOR GARDEN (Taiwan), BOYS BEFORE FLOWERS (Corée), METEOR SHOWER (Chine), BOYS BEFORE FRIENDS (USA).

Je l’avais choisi déjà parce qu’il était tiré d’un manga et que j’adore comparer les deux. Mais également parce que les internautes dramavores le conseillait fortement.

Au départ, j’étais un peu dubitative. Les images me semblaient vieillottes bien que la série n’ait que 2 ou 3 ans d’âge. Et avouons-le, je n’adhérais pas du tout aux acteurs. Bon, aujourd’hui, j’en rigole. Ils sont tous des figures incontournables de l’art visuel au Japon et je les adore.
Mais voilà… Ce monde de superficialité exposé au commencement du drama m’insupportait. Et puis, cette histoire de F4… Ciel que je les trouvais ridicules !
J’ai rassemblé beaucoup de courage pour continuer mon visionnage.

Et… MOMENT MAGIQUE !

Tsukushi balança son poing à la figure du grand méchant Tsukasa.

En plus du « BIEN FAIT ! » que j’ai hurlé malgré moi, je me suis rendue compte que je m’attachais doucement à la jeune fille.

C’est ainsi que j’ai rejoint les aventures de la fille qui est devenu membre des F4 !

Hé oui, car au final, on se laisse glisser dans la vie des 4 garçons et alors qu’on les haïssait, on se surprend à vouloir traîner avec eux.
Tsukasa que je vomissais dans les premiers épisodes est vite devenu mon chouchou. Il joue les brutes pour se protéger. Tout ce qu’il demande c’est un peu d’amour. On s’attendrit devant sa dévotion pour sa bien-aimée.
Il est lourd, obstiné, autoritaire et limite psychopathe avec la jeune fille… la pauvre… mais c’est parce qu’il ne conçoit plus de vivre sans Tsukushi. Il est sûr à 200% de leur amour. Il est même plus certain des sentiments de sa chérie que sa chérie elle-même. Ce qui a le don d’exaspérer la jeune fille et de créer l’effet inverse puisqu’elle court chercher de la consolation auprès de Rui.

Les sentiments de la jeune fille s’embrouillent. Qui aime-t-elle ? Rui, le garçon mystérieux ou Tsukasa, l’idiot, violent et insupportable ?

En parlant de Rui joué par Oguri Shun, il ne m’a pas touché. Il a même finit par me fatiguer. Je n’ai trouvé aucune profondeur à ce personnage. Trop lisse, trop indécis, semblant jouer sur tous les tableaux et ne dégageant aucune sincérité. (Le jet de légumes pourri est interdit !)
Je sais que Rui a un énorme succès auprès des fans, avec sa teinture poil de carotte et ses longues jambes interminables, mais à moi, il ne m’a fait aucun effet. Le seul moment où il a éveillé un quelconque intérêt en moi c’est avec l’histoire avec ses pommes râpées (pas de spoil). Petite scène irrésistible.

Synthétisons, voulez-vous ?! Ce drama ultra connu est à regarder, bien évidemment. Il y a de l’humour, de l’amour… et quel amour ! Un amour entre chien et chat qui donne lieu à des scènes parfois très drôles ou parfois poignantes. Oui, parce qu’avec notre copine Tsukushi, on rit mais on pleure aussi. Devant l’écran, on lui souhaite tout le bonheur du monde comme si nous vivions cette idylle de l’intérieur.

 

LA SUITE

 

SAISON 2

SYNOPSIS

Tsukushi a fini par offrir son coeur à Dômyoji avant qu’il ne parte pour New York. Départ décidé à cause des manigances de sa sorcière de mère qui s’oppose à cette nouvelle relation.
Nous retrouvons donc une Tsukushi très amoureuse qui s’envole pour les USA, afin de comprendre le silence de celui qu’elle aime.
En effet, Tsukasa, fraîchement débarqué là-bas, commettra une faute qui l’obligera à renoncer à sa belle.

Avec l’aide du reste du F4, Tsukushi se rapprochera à nouveau de son premier malgré des fiançailles avec une jeune héritière, imposées par Mme Dômyoji. Shigeru (la préposée), qui tombe elle aussi amoureuse de Tsukasa demande à Tsukushi de lui laisser la place.
De son côté, Tsukasa est fermement décidé à reconquérir le coeur de celle qu’il n’a cessé d’aimer. Il mettra alors en péril son amitié avec Rui qui convoite secrètement Tsukushi….

 


OPENING 2


 

FICHE TECHNIQUE

Episodes : 11
Année : 2007
Période de diffusion : du 5 janvier au 16 mars 2007

Thèmes de la série :

Love so Sweet (Arashi)

Flavor of life (Utada Hikaru)

MON AVIS

Après le succès de la première saison, il était nécessaire d’en faire une seconde. On voulait revoir le F4 !

Nos voeux réalisés,  nous revoici avec une Tsukushi délaissée, au comble du désespoir, amoureuse de son Tsukasa, soupirant et se languissant de son beau exilé à New York.

Pour moi cette seconde saison est clairement moins bonne que la première. Rui ne se contente plus d’être un simple chevalier servant. Il doit avoir investit dans un détecteur de danger, ainsi que dans une cape de super-héros, invisible à l’oeil nu (mais je suis convaincue qu’il la porte), exprès pour venir en aide à Tsukushi où qu’elle soit (Oui, même sur Saturne) !

Tsukasa, lui, devient taciturne. Il renie ses sentiments. Il nous a fait suer durant toute la première saison avec sa Tsukushi et pourquoi ?
Pour des clopinettes ! Môssieur hésite. Trop de filles lui tournent autour. Il met notre pauvre Tsukushi à l’épreuve. Quand elle pense s’être débarrassée d’une greluche, une autre apparaît.

Ne me demandez pas la cause (no spoil) mais Tsukasa va perdre la mémoire. À cet instant, la saison 2 reprend un nouveau souffle. Les rôles s’inversent. Alors que dans la première saison c’est Tsukasa qui courait après Tsukushi, dans la seconde, c’est inévitablement le contraire.

Même si je trouve ce second volet bien en dessous du premier, j’ai tout de même passé un très bon moment, gesticulant et criant parfois sur les personnages en les traitant de « baka » (idiot).

En 2008, et pour clôturer la série, sort un film dans lequel nos deux amoureux se marient non sans peine. Tsukushi doit porter une tiare au prix inestimable qui lui est volée à l’hôtel dans lequel elle séjourne. La mère de Tsukasa n’en démord pas : Pas de tiare, pas de mariage.

Il fallait une fin… On en a une. Cependant, je vous conseille d’avancer votre curseur jusqu’au moment du mariage. Cet opus est un peu raté.

 

LA SUITE

 

LE FILM

 

Cliquez pour DDL
BON VISIONNAGE LES BIBIS !

On se revoit et on en reparle.

Cìao, cìao !