Synopsis

Chisato est ce qu’on peut qualifier de fille SDF. Elle vit dans la rue, affublée de sa perruque hirsute et de ses joues sales. Pour prendre ses douches, elle se rend dans un cyber café où elle connaît tout le personnel.

On ne peut pas dire que cette vie l’enchante mais avec un père qui a fichu le camp en lui laissant une dette de 100 millions de yens, elle n’a pas vraiment le choix. Elle passe son temps à se cacher des récolteurs de dettes qui la persécutent.

Un jour où ils allaient lui mettre la main dessus, elle est sauvée par un homme exubérant. C’est le président richissime d’une compagnie de jouets célèbres.
Il lui propose un contrat : Il règlera sa dette mais en échange, elle devra l’épouser (en tout bien tout honneur) jusqu’à ce qu’il décède carl ne lui reste que très peu de temps à vivre. Chisato, méfiante mais collée au pied du mur, accepte. Après tout, elle ne devra que jouer à l’épouse morale pendant un court laps de temps.

À la mort de son « mari », Chisato se croit libérée. C’est une erreur car apparaît alors, l’avocate de la famille Okura qui lui déclare que Chisato a signé un contrat sans lire les petites lignes. Sa dette ne sera réglée que 3 mois plus tard, seulement et si, elle arrive à honorer son contrat qui stipule qu’elle doit réunifier les 6 fils d’Okura Shinzo qui n’ont aucun esprit de famille. Pour cela elle aura des défis à surmonter et devra se comporter comme une mère pour les 6 enfants.

Déjà complètement désappointée, quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre que les 6 fils en question sont, pour la plupart, des hommes !
Et comme si ça ne suffisait pas, elle découvrira que ce sont des individus plus bornés et plus loufoques les uns que les autres !
Que faire ?! Fuir toute sa vie à cause d’une énorme dette ou accepter ce pari qui semble perdu d’avance ?!
.


MV (Attention ! Risque de petit spoil.)


Fiche Technique

Titre: アタシんちの男子
Titre (romaji): Atashinchi no Danshi
Autre titre: My Boys
Genre: Comédie, famille
Épisodes: 11
Chaîne distributrice: Fuji TV
Période de diffusion: 14 avril 2009 au 23 juin 2009
Horaire: Mardi à 21:00
Thème musical et opening: Infinity des GIRL NEXT DOOR
.



 

Production

Scénariste: Mutô Shôgo
Producteur: Moriyasu Aya
Directeurs: Matsuda Hidetomo (ép. 1-2, 5, 8, 10), Sato Genta (ép. 3-4, 6, 9), Tokuichi Toshiyuki (ép. 7)
Musique: Izutsu Akio

Casting

Horikita Maki – Mineta Chisato

La famille Okura

Kaname Jun – Okura Fuu
Okada Yoshinori – Okura Takeru
Mukai Osamu – Okura Sho
Yamamoto Yusuke – Okura Masaru
Seto Koji – Okura Satoru
Okayama Tomoki – Okura Akira
Kusakari Masao – Okura Shinzo (Le président et père des garçons)

Les Jouets « Miracle «

Yamamoto Koji – Tokita Shuji (Directeur de la compagnie)
Takashima Reiko – Koganei Kyoko (Avocate)
Nadaka Tatsuo – Iwamoto
Watanabe Kenkichi – Misawa
Kodama Raishin – Okudera
Nakamura Osamu – Toyama

Trick Heart Castle

Eguchi Noriko – Inoue Rosemary (La servante)
Shimeno Junko
Nagatomo Mitsuhiro

Le Net Café et les Gardes du Corps

Tsuruno Takeshi – Kokudo Yutaka
Nagayama Kento – Majima Heiji
Watanabe Keisuke – Minamisawa
Takahashi Mitsuomi – Nakao
Nasubi – Nishigo
Hamada Britney – Britney
Iwami Yoshimasa – Utsui
Matsuzaki Yuka
Osuga Oji
Suehiro Toru

Les autres

Tsurumi Shingo – Mineta Toru (Le père de Chisato)
Kamio Yu – Kobayashi (L’huissier)
Tayama Ryosei – Tanabe Yoshio
Nakanishi Ryota – Todoroki
Tanaka Mamoru – le secrétaire de Masaru
Maruyama Ayumu – Okura Riki (Le fils de Sho)
Asami Reina – Saki (L’ex femme de Sho)
Bengal – Kikuchi Kazuki
Shibasaki Noboru
Et avec la participation de Hard Gay dans le rôle du fiancé de Fuu!

Mon Avis

Attention !!!! Drama totalement déjanté dans les traces d’un Hanazakari Kimitachi E dans lequel nous avons le plaisir de retrouver Horikita Maki qui nous offre une prestation très naturelle qui procure un réel plaisir. En plus des scènes hilarantes et complètement improbables, ici aussi, nous pouvons admirer un défilé de beaux gosses qui incarnent les 6 fils du génie des jouets.
Vous l’aurez certainement compris, c’est un drama léger et humoristique, à regarder sans modération et sans appréhension. Pour en finir avec la comparaison avec Hanakimi, je dirais juste qu’Atashinchi no Danshi ne figurera lui, pas dans les classiques contrairement à l’autre. Le concept étant du trop vu et revu, on comprendra pourquoi.
Une nana entourée et « torturée » par une brochette de jeunes hommes récalcitrants, ce n’est plus trop original ! Le petit côté « harem » non plus. L’histoire de la dette et du contrat d’arrangement, encore moins. Mais qu’à cela ne tienne, on est là pour passer un moment plaisant et je pense que le tour est bien joué !

Toute la magie se retrouve dans la construction du caractère des personnages et des scènes légèrement manguesques. Bon… Pour certains, elles le sont déjà trop ! Une Chisato qui fait des cabrioles à 5 mètres du sol, c’est vrai que c’est carrément du n’importe quoi, je vous l’accorde !

♦ Chisato vit dans la rue avec sa perruque et ses grosses lunettes… Incognito ! C’est pourtant une fille très droite et malgré la dureté de la rue, elle est très douce. Comme on peut l’attendre de l’héroïne, elle a le coeur sur la main et s’investit à fond dans son devoir. Même si c’est charmant de la voir, ce n’est pas le personnage qui ressort le plus du lot.

♦ Fuu, le plus vieux des 6 fils, est celui qui a déserté la maison et qui résiste à tout sentiment familial. C’est aussi le plus doué pour les affaires et celui qui est pressenti pour être l’héritier de la compagnie. Malheureusement il n’en veut pas et passe son temps à briser le coeur des filles !

♦ Takeru est un ex-voyou. Il arbore le style d’un membre d’une bande de motards. Avec son accent et ses vêtements, il est très drôle même si parfois quelque peu énervant. Il est contre tout et passe son temps à se battre avec Sho, un autre de ses frères. Qu’il est viré délinquant n’est finalement pas si anodin.

♦ Sho est le chouchou de n’importe quelle fille qui regardera le drama, je pense ! Très beau gosse, un look impeccable, moins déjanté que les autres mais infiniment charmeur… Pas étonnant qu’il soit host dans un club. Pourtant, il pourrait bien avoir un secret en contradiction totale avec son rythme de vie.

♦ Masaru est un peu l’ovni. C’est un top modèle reconnu mais quelque chose lui pourrit l’existence jusqu’au coeur même de son métier ! Il a la phobie des…. Femmes !!!!!! C’est assez embêtant quand on a des fans qui ne rêvent que de vous toucher ! On se demande pendant un bon moment quel est son penchant sexuel !

♦ Satoru est un adolescent encore. Il est plutôt doux dans l’ensemble bien que très entêté. Et son premier entêtement est de refuser de sortir de sa chambre. Même pour manger, il reste cloîtré. Il ne va plus à l’école. Il se pourrait que cela cache un traumatisme…

♦ Akira est un enfant. Mais un enfant très intelligent. Et comme tout petit génie, il a l’air indépendant et surtout froid, imbu de lui-même et calculateur. Il est assez tête à claques au début. Pourtant un enfant reste un enfant et a les mêmes besoins, c’est à dire : d’une mère !

Pour le reste des personnages sur lesquels on se concentre moins, il y a tout de même le père, Shinzo, un homme extravagant, génie de l’invention. Il est extrêmement concerné par sa famille même si celle-ci s’est éloignée de lui, le détestant. Il est du genre à faire subir des expériences pour qu’on en tire les leçons plutôt que de les expliquer. On le voit surtout grâce aux flash-backs présents tout au long du drama.
Il y a aussi l’avocate, Kyoko qui apparaît toujours à l’improviste et d’on ne sait où, provocant des sursauts. Elle semble complètement insensible aux événements qui se déroulent au château. On croit même noter une pointe de sadisme chez elle.
Autre personnage intéressant et venu d’un autre monde, c’est la gouvernante Inoué ! C’est un ninja doublé d’un marine US ! On ne rigole pas avec elle ou il faut s’attendre à avoir quelques bleus.
Pour finir, il y a le bras droit de Shinzo, Tokita ! Il est …. vous voyez le méchant avide de pouvoir, sans gêne et qui fait des Mouhahahaha…. Bein c’est tout lui !!!!

Bref, tout ce qui se déroule devant nos yeux n’est pas du tout crédible, bien sûr ! Que ce soit l’espèce de chasse au trésor à travers tout le château où tout semble couru d’avance et planifié par monsieur le père qui s’exprime par énigmes… Que ce soient les traumatismes et blessures de chacun qui s’effacent aussi vite qu’ils sont venus… Que ce soient les situations burlesques, les relations entre les personnages ou encore les fameux devoirs de la mère que la pauvre Chisato doit accomplir et qui sont tous plus ridicules à chaque fois… Que ce soient le sauna et les serviettes jaunes… Oui, il y a un sauna et des serviettes jaunes ! Et je peux même vous dire que du mâle en serviette jaune, on en voit gambader à chaque épisode ! (Tu es contente, Ô toi, la gazelle affamée ?!)
Et pourtant, bien que pas crédible, qu’est-ce qu’on se marre !On se laisse prendre facilement dans les histoires personnelles de chaque protagoniste jusqu’à avoir des petites larmounettes à certains passages ! (J’avais une photo prise sur le moment, ce soir-là. Si si, par mon adorable soeur ! Maaaaais dommage, elle a été effacée ! Roooh… Zut, hein ?! )
Bien. Bien. Je vous le conseille vivement si vous avez besoin de vous chatouiller les zygomatiques. C’est loin d’être un chef-d’oeuvre mais ça bouge, ça a du peps et il se laisse regarder relativement vite. Peut-être est-ce dû à la présence enchanteresse des 4 fils de tête….(Je ne suis qu’une faible gazelle)

Bon à savoir

– Les dramas inspirés par les mangas, nous en avons grandement l’habitude, n’est-ce pas ?!
Une fois n’est pas coutume, pour Atashinchi no danshi, ce sera l’inverse ! En effet, après le drama, c’est la mangaka Mizuno Minami qui est choisie pour créer le manga d’après le drama. L’oeuvre est signée chez la Sheishua, grande maison d’édition Japonaise, et apparaît dans le magazine Betsuma. Il n’est pas disponible en France, actuellement.

Mizuno Minami est une artiste, auteure de :
– Shinbunbu no Yoriko-kun  (2013)
– Nijiiro Days (2012)
– Rasen no Vamp (2011)
– Seishun Trickers (2010)
– Atashinchi no Danshi (2009)
Elle s’oriente plutôt vers un style shôjo et fantasy.

– L’autre détail bon à savoir concerne le château où évoluent nos personnages, dans la série.
Une impression de déjà vu ?! Ne vous posez plus de questions ! Si vous avez regardé Yukan Club ou Yamato Nadeshiko Shichi Henge, vous l’aurez peut-être reconnu. Dans ces 3 dramas, il s’agit du même décor remanié pour chacun d’eux. Il va finir par être réputer ce palace !

STREAMING

Cliquez !

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s