PRIDE

SYNOPSIS

Satonaka Halu est le capitaine respecté et adulé d’une équipe de hockey sur glace, les Blue Scorpions. Sa passion dévorante pour ce jeu lui a été transmis par son coach Anzai, et il s’y consacre entièrement jusqu’à en exclure l’amour dans sa vie. En effet, il se borne à limiter sa relation avec les femmes à un simple jeu sans conséquence dont les règles sont acceptées par les deux parties.
Un soir, lors d’une fête pour célébrer une victoire de leur équipe, il aperçoit ce qu’il appelle une « femme du siècle dernier » et décide de faire sa connaissance.
Cette femme c’est Murase Aki, une employée de bureau qui attend patiemment depuis deux ans le retour de son fiancé, parti étudier l’architecture à l’étranger et qui ne donne plus de nouvelles.
Il lui propose alors les règles de son jeu : sortir avec lui jusqu’au retour de son petit ami. Ainsi, pas de contrainte ni de jalousie et lorsque le petit ami reviendra, ils n’auront qu’à se séparer en se disant simplement « bye bye » le sourire aux lèvres et le cœur léger.
Mais une relation peut-elle vraiment être aussi simple ?

 


MV du 1er EPISODE


FIN de l’épisode + GENERIQUE


FICHE TECHNIQUE

Genre: Drame humain / Romance / Sport
Episode: 11
Chaine distributrice: Fuji TV
Période de diffusion: Du 12 janvier au 22 mars 2004
Horaires: Lundi à 21h
Chanson thème: I was born to love you de Queen

CASTING

* Kimura Takuya dans le rôle de Satonaka Halu
* Takeuchi Yuko dans le rôle de Murase Aki
* Sakaguchi Kenji dans le rôle de Hotta Yamato
* Ichikawa Somegoro dans le rôle de Ikegawa Tomonori
* Sato Ryuta dans le rôle de Shimamura Makoto
* Nakagoshi Noriko dans le rôle de Aizawa Yuri
* Megumi Ishikawa dans le rôle de Chika
* Ishida Yuriko dans le rôle de Yoko
* Sato Koichi dans le rôle de Hyodo Yuichiro
* Takizawa Saori dans le rôle de Sonoda Saeko
* Namioka Kazuki dans le rôle de Nishida Naritoshi
* Tokito Saburo dans le rôle de Anzai

PRODUCTION

Scénariste: Nojima Shinji
Producteurs: Sugio Atsuhiro, Makino Tadashi
Réalisateurs: Hirai Hideki, Nakae Isamu, Sawada Kensaku

RÉCOMPENSES

40ème Television Drama Academy Awards: Meilleur clip et Récompense spéciale
7ème Nikkan Sports Drama Grand Prix: Meilleure actrice

MON AVIS

Pride fait partie de ces dramas qui, malgré les bons échos, ne m’attirait pas outre mesure.

« Comment! me disais-je, mais qu’est-ce que c’est que ces affiches promotionnelles peu alléchantes, ça fait vieux drama !! Et en plus une histoire sur le hockey !?! Bof.».

Il faut savoir que le sport en général n’éveille pas un grand intérêt chez moi, bien au contraire.
Et puis, poussée par ma sœur, je me suis mollement décidée à le regarder… et là ! Je me suis dite que j’avais été bien bête !

En réalité, Pride, c’est avant tout une belle et touchante histoire d’amour comme on aimerait tous en vivre une. Le hockey n’est qu’un support à cette histoire, et même s’il y a des matchs (bein oui quand même !) ils ne sont pas envahissants.
En fait, il n’y a pas de termes techniques employés ou de superbes tactiques mises en avant; le sport en lui-même est juste survolé, ce qui je peux le concevoir, pour des fanas de sport peut s’avérer frustrant.
Mais bon, les matchs sont quand même bien menés et je prenais plaisir à voir les joueurs évoluer sur la glace et y afficher leurs joies et leurs déceptions.

Ce qui est intéressant dans ce drama c’est que ce n’est pas une énième histoire d’amour entre adolescents qui est abordée ici. Non, c’est une histoire d’amour d’adultes, douce et amère, qui montre la complexité des relations humaines, et ça, ça fait du bien !

Satonaka Halu (interprété par un de mes acteurs favoris, le viril et charismatique Kimura Takuya) est passionné par le hockey, extrêmement volontaire, il n’a qu’une seule ligne de conduite : sa fierté, qu’il mène aussi bien dans le sport que dans sa vie de tous les jours. Il se donne des airs cool mais en réalité, il cache derrière des attitudes désinvoltes, certaines blessures du passé qui l’ont profondément marquées et dont il a encore du mal à s’en remettre. C’est également à cause de ça qu’il a peur de se laisser aller à aimer, et qu’il multiplie les histoires d’amour superficielles.
 Murase Aki est le contraire de Halu, elle à une conception tout autre de l’amour. C’est une sage employée de bureau, qui attend sans tâcher de faiblir, son petit ami parti depuis deux ans et ce même sans avoir eu le moindre signe de vie depuis tout ce temps. Elle peut sembler cruche et effacée de prime abord, mais au contact d’Halu elle va peu à peu s’affirmer et retrouver de sa personnalité.

On assiste le cœur serré à la naissance timide de leurs sentiments, leurs hésitations, leurs interrogations, leurs disputes aussi parfois. Il y a un moment du drama ou Halu compare leur amour au chocolat : il est doux et sucré avec une pointe d’amertume, et c’est tout à fait le sentiment qu’on a.

Mais tout le drama n’est pas que centré sur nos tourtereaux. Les personnages secondaires aussi ont leur place dans le scénario. Chacun est à un moment donné évoqué, ce qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur eux. C’est toujours agréable car ça apporte un plus à l’histoire sans pour autant l’alourdir.
J’ai aimé l’importance qu’attachaient tous ces personnages à l’amitié. Malgré les mésententes, ils tâchent de la sauvegarder, de rester un groupe uni et moi je trouve ça beau.
Pride ou Puraido, devrais-je dire depuis le début (oui c’est la prononciation japonaise ! Ils ont toujours une façon rigolote de prononcer les mots anglo-saxon !) est une belle romance que je conseille vivement.
Laissez-vous emporter par cette douce idylle, je vous garantie que vous succomberez à son charme (et à celui de Kimura Takuya kyyyyyaaaaaaa)…

… Maybe !

(Allez, petit clin d’œil, je pouvais pas faire autrement, regardez le drama vous comprendrez).


STREAMING

Cliquez !