TAIYAKI et DORAYAKI

TAIYAKI

(Gaufres à la pâte d’anko)

Le Taiyaki (たい焼き) est une sorte de gaufre japonaise, fourrée de pâte de haricots rouges (anko) et qui a la particularité de prendre la forme d’un poisson. C’est d’ailleurs de cette forme que vient son nom, puisque le « tai » de taiyaki signifie tout simplement « dorade »; le tout se traduisant par « dorade cuite ».

Même si sa recette est très proche des imagawayaki vendus depuis l’ère An’ei (1772 – 1781) de l’époque Edo, l’origine du taiyaki à proprement parler ne remonte, quant à elle, pas à si loin. Il semblerait en effet que les premiers taiyaki auraient été confectionnés en 1909 par un certain Kanbe Seijirou, dans son magasin Naniwaya, situé dans le quartier Azabu de Tokyo.

Jusque là, les taiyaki n’avaient pas de nom particulier et arboraient plutôt la forme d’une tortue. Mais face au peu d’engouement suscité par son gâteau, Kanbe Seijiro eut alors l’idée de changer sa forme et opta pour celle d’un poisson. Mais pas n’importe lequel : la dorade !
Il faut savoir qu’au Japon, la dorade est synonyme de chance. Et on peut dire que de la chance il en a eut Kanbe Seijiro !

Depuis ce jour, les taiyaki remportèrent un vif succès. A tel point, qu’aujourd’hui encore le magasin Naniwaya continue d’exister. Il est dit à ce propos que près de 10 millions de taiyaki auraient été produits jusqu’à présent !
Et que ce sont 1000 taiyaki qui seraient vendus quotidiennement ! Rien que ça !

Cependant, même s’il reste son producteur initial, le magasin Naniwaya n’est pas le seul à les confectionner. Il est possible d’acheter des taiyaki dans tout le Japon, qu’ils soient faits de façon artisanale ou industrielle, comme c’est le cas dans les combinis (ces petits magasins japonais ouverts 24h/24). Permettant ainsi aux japonais d’en consommer à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, les taiyaki constituant, en effet, un encas idéal pour apaiser les petites faims.
Ils sont aussi très appréciés des plus jeunes, et bien souvent servis aux bambins japonais pour leur goûter à 16h.
En outre, ils sont également très prisés lors des matsuri (= festivals) japonais, ou souvent vendus près des temples et autres lieux touristiques.

Et ce n’est pas tout car, forts de leur succès, les taiyaki font désormais intégralement partis de la culture japonaise !
Il n’est donc pas rare de les retrouver mentionnés dans des dramas (Nobuta wo Produce), des animes (c’est par exemple la nourriture favorite de Ayu Tsukimiya de l’animé Kanon, tout comme de Renji Abarai dans Bleach), émissions, etc.

Petite anecdote: une chanson fut même composée, « Oyoge ! Taiyaki-kun » (= « Nage ! Taiyaki-kun »), qui raconte l’histoire d’un taiyaki s’évadant du stand d’un marchand pour aller dans la mer, et appréciant sa brève liberté avant d’être capturé par un pécheur, puis consommé.
Chantée par Masato Shimon, cette chanson est devenu façon très inattendu un hit en 1975. Derrière son apparente innocence de comptine pour enfant, « Oyoge ! Taiyaki-kun » est en réalité une satire se référant au businessman japonais surmené.
Le disque s’est vendu à plus de 4.5 millions d’exemplaires, et est resté au Box-office pendant 11 semaines consécutives.



Le taiyaki de base est, je l’ai dit, généralement fourré à l’anko, une pâte de haricots rouges sucrés. Ce n’est cependant pas la seule garniture possible. Chocolat, crème pâtissière, ou glace matcha, les parfums peuvent varier. Il existe même des versions salées, fourrés au fromage, au curry, à la viande comme du haché de bœuf (mijoté avec des oignons) ou de la saucisse. Toutes les déclinaisons sont possibles !

La confection du taiyaki est relativement simple. Cependant, pour lui donner sa forme de poisson, il est nécessaire d’utiliser un moule spécial. Vous pouvez toujours, si le cœur vous en dit, en commander sur bons nombres de sites en ligne. Ou bien utiliser un simple gaufrier. Ou encore faire de simples pancakes, comme dans la recette livrée ci-dessous. Mais dans ce cas, l’appellation changera. Ce ne seront plus des taiyaki mais des dorayaki.

Au final, quelque soit la manière de faire, les ingrédients nécessaires demeurent les mêmes, seul l’aspect change.

Voici une vidéo mignonnette qui montre rapidement comment faire les taiyaki, et ce par une petite fille. Comme quoi, c’est bien que sa réalisation reste enfantine !



 

 

DORAYAKI

(Pancakes à la pâte d’anko)

 

INGREDIENTS

Pour 6 personnes
  • 125 g de farine
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 2 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 2 œufs
  • 12 cl de lait
  • 25 g de beurre
  • 1 cuillère à soupe d’huile
  • 150 g d’anko (pâte de haricots rouges sucrée)

 

Préparation

Tamisez la farine et la levure dans un saladier, puis incorporez-y le sucre. Dans un bol, mélangez au fouet les œufs et le lait. Creusez un puits dans la farine, versez-y ce mélange d’œuf et de lait. Mélangez le tout jusqu’à obtention d’une pâte sans grumeaux.

Dans une poêle, mettez à chauffer à feu moyen-vif un peu de beurre et d’huile jusqu’à ce que le beurre ait fondu. Faites-y cuire les pancakes en plusieurs fois:
Pour obtenir des pancakes de 9 cm de diamètre, versez 2 cuillerées à soupe environ de pâte par pancake dans la poêle et laissez cuire 2 minutes environ, jusqu’à l’apparition de nombreuses bulles en surface. A ce moment-là, retournez les pancakes et poursuivez la cuisson encore 30 secondes.
Une fois les pancakes cuits, déposez-les dans un plat, couvrez et gardez au chaud. Vous devriez obtenir au total une bonne douzaine de pancakes.

Déposez 1 cuillerée à soupe d’anko sur un pancake et posez une second pancake sur le premier, comme une sorte de sandwich.
Renouvelez l’opération avec les autres pancakes et le reste de la pâte de haricots rouges.

Servez chaud ou à température ambiante (selon votre préférence), accompagné d’un thé matcha.

 

ITADAKIMASU !

 

4 commentaires

  1. OMGGGGGGGGGGG KYAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH Un autre article à mettre dans mes favoris et trucs à faire !!! Miam miam ….
    *saute partout* je suis aux angessssssssssssssssssssssssssssssssss!!!!!!!!!!!!!!!!

    J'aime

  2. J’étais toute contente d’en goûter un quand on m’en a ramené du Japon. Bon, sans être dégueu c’est pas non plus l’extase, le genre de gâteau un peu beaucoup étouffe-chrétien ^^. J’ai juste testé le fourrage pâte d’haricots rouge, très sucré et très sec. A réserver quand on crève vraiment la dalle quoi.
    En règle générale, les japonais et la pâtisserie c’est pas trop ça. M’étonne pas qu’ils zappent les desserts.

    J'aime

    1. C’est clair qu’en ce qui concerne la pâtisserie, c’est pas les japonais qui sont les plus réputés! :p Et eux-mêmes doivent le savoir, c’est pas pour rien qu’ils ont si peu de desserts propres (et bien souvent à base de pâte de haricots rouges!).
      Personnellement, je n’ai pas encore eu l’occasion de gouter de Taiyaki. Je ne peux parler que des mochi, fourrés aussi avec de l’anko. Ma première réaction a été de trouver ça est très étrange, sans beaucoup de saveur et gluant (je me battais avec ma cuillère pour pouvoir le couper!), mais finalement je me suis surprise à bien aimer!

      J'aime

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s