À l’heure où l’estomac crie famine, en France, une seule pensée nous obsède : le contenter;

On rêve de manger Italien, Chinois, Indien, ou bien de déguster le dernier sandwich frais, sorti au snack à côté du boulot, mais qui a l’air fort appétissant.
D’un pas décidé et la salive au coin des lèvres, on y va franchement.Et là, devant l’Eldorado, on se rend compte qu’il y a une dizaine de personnes qui a pensé exactement à la même chose que nous. Vous calculez approximativement le temps d’attente et vous laissez lamentablement tomber, vous retrouvant dans un fast-food.

Hé non, le français n’est pas patient !!!!

C’est là qu’il diffère totalement du Japonais. Extrêmement patient et décidé à satisfaire son caprice, il est capable d’attendre jusqu’à deux bonnes heures afin d’apaiser ses envies ! Ce n’est pas rare de voir des files d’attente de folie, devant un restaurant, au Japon.
Si en plus, l’endroit est réputé pour être bon et pas cher alors c’est la cohue. L’endroit devient vite prisé.
D’ailleurs les médias et les commerçants en jouent énormément. Pour accentuer l’effet « mode », l’information est correctement véhiculée et le produit n’est disponible qu’en quantité limitée.
Par exemple, un produit de luxe sera vendu à bas prix pendant un court instant, ou bien encore à tant d’exemplaires, ou encore  juste tel jour.
Que ce soit des yakitori, des ramen, des pâtisseries, des sushi, des promotions alimentaires dans une supérette, tout est à prendre si les produits suscitent de l’intérêt. À comprendre, qu’ils soient délicieux et bon marché.
Le Japonais est patient et en plus, très curieux. Il aime découvrir de nouvelles gastronomies. Un simple aliment peut, lui aussi, devenir une mode si c’est une nouveauté.
Alors, pour rassasier toutes ses envies primaires face à la nourriture, attendre des heures est loin d’être un problème.
Bien!

Maintenant on sait que les Japonais savent exactement ce qu’ils veulent quand vient l’heure de manger…

Mais que mangent-ils?

Penchons-nous un peu plus sur le cas de chaque catégorie de personne.

Il y a beaucoup de femmes au foyer au Japon. Une fois mariées, les femmes abandonnent leur vie professionnelle pour se consacrer à celle de leur mari et de la maison. Une femme au foyer, en France, se ferait un petit quelque chose rapide, histoire de ne pas tomber dans les pommes en passant l’aspirateur.

Hé bien, rassurez-vous, femmes Françaises, cela arrive aussi aux Japonaises !

Elles accommodent souvent les restes de la veille. Il se peut que plusieurs voisines ou amies se rassemblent les unes chez les autres pour déjeuner. Et dans des cas un peu plus rares, elles sortent déjeuner à l’extérieur, dans des restaurants chics et très prisés.

Pendant ce temps-là, leurs jolies têtes brunes, allant en maternelle, dégustent le bento que maman leur a préparé de bon matin. Dans certaines écoles, les enfants bénéficient du kyushoku (Cantine un peu différente des nôtres: Les repas se font en classe et c’est les élèves qui font le service.) où les repas sont strictement surveillés au niveau de l’hygiène et de la nutrition. D’ailleurs leurs grand frères et soeurs qui fréquentent l’école primaire et le collège ont, généralement, le droit à ce système d’office.
Les lycéens, eux, n’ont plus cette chance. Ils doivent ramener leur bento ou acheter leur repas avant d’intégrer la classe, le matin. Il est interdit de sortir de l’enceinte du lycée. Il ne peuvent donc pas déjeuner à l’extérieur. S’ils oublient leur déjeuner, ils peuvent toujours se payer un petit quelque chose au stand de l’école qui propose des sandwiches, des viennoiseries, ou même des panier-repas (rien d’extravagant).

À l’université, on passe déjà dans le monde des adultes. Les étudiants mangent dans le restaurant universitaire qui dispose de plusieurs menus équilibrés mais toutefois, un peu chers. beaucoup des étudiants préfèrent se rabattre sur des fast-foods et autre…

Pour le salarié, tout est différent et les choix sont multiples. Il peut manger en restaurant d’entreprise, amener son bento, acheter un bento dans les grandes surfaces ou même dans les magasins spécialisés proposant des bentos (Obento-ya), se faire livrer au bureau des paniers repas ou toute autre type de cuisine, manger à l’extérieur. En gros, le salarié mange selon son envie et le temps qu’il a à consacrer au déjeuner.
Et justement….

Et s’il n’a pas beaucoup de temps à lui consacrer ??? Et si pendant sa pause-déjeuner, il a multitude de choses à faire à côté ??? Prendra-t-il un sandwich à la main, courant à droite et à gauche, afin de respecter son timing ???

En France, nous trouvons cela très pratique le sandwich. ce n’est certes pas très convivial mais c’est transportable et l’on peut se promener avec. Plus la peine de rester vissé sur une chaise à attendre que le service se fasse.

C’est un point de vue.

Les Japonais n’ont pas vraiment le même. Ou tout du moins, tout dépend de la génération à laquelle ils appartiennent.
On enseigne aux enfants qu’on ne gigote pas en mangeant. Il faut déguster les aliments et ne pas perturber ce moment. Il est donc normal et même vivement conseillé de s’asseoir et de se concentrer sur le goût et les arômes.

D’ailleurs, il existe une expression qui veut tout dire : Lorsqu’un Japonais est contraint de manger sur le pouce en marchant, on dit qu’il mange « à la Française » !!! Et lorsqu’il le fait, il garde un sentiment de gêne car ce n’est pas ce qu’il existe de plus poli.

Cela dit, la jeunesse commencerait à inverser la tendance. Certains déclareraient aimer se promener tout en grignotant.

Il y a tout de même des exceptions festives !

Dans les fêtes ou foires où les stands alimentaires pullulent, les japonais prennent plaisir à savourer une glace, des sucreries, des brochettes, tout en se baladant. Mais cela reste dans le cadre de convivialité en famille ou entre amis. Hors de question de reproduire la même chose dans la vie de tous les jours !

Et si vous changiez vos habitudes et que vous vous posiez un peu pour déguster votre sandwich ???
Ce n’est qu’un sandwich, me dites-vous ?
Oui mais peut-être lui trouveriez-vous meilleur goût si vos papilles étaient un peu plus en alerte.
Toutefois, vous ne me ferez pas abandonner le plaisir de marcher comme un escargot tout en engloutissant une crêpe débordante de chantilly…

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s