Séoul – Episode 2

 

(... Suite de l'épisode 1)

Enfin à Incheon !

Avec 11h d’avion dans les pattes, nous déboulons dans l’aéroport. La première chose qui me frappe, c’est l’odeur. Indescriptible mais différente de celle de Paris.
La deuxième c’est le temps. Il est maussade. Pourtant la lumière du ciel est intense, d’un blanc/jaune grisâtre. C’est la fin de la mousson et la pluie charge encore les nuages.

Si nous étions paumés à Roissy, à Incheon, nous pataugeons carrément ! Heureusement que tout est bien placardé en anglais. Ceci nous permet de suivre notre petit bonhomme de chemin sans encombres.
Nous passons la douane sans problèmes.
Je dois vous avouer que j’ai ressenti un petit instant de crispation. L’incident de mon contrôle précédent ne m’a pas mise en confiance.
Mais en Corée, tout va bien !
Les douaniers nous jettent à peine un regard furtif avant de nous demander de circuler.

Il est l’heure de récupérer les valises.
En voilà un autre de baptême !
Les yeux cernés, la tête lourde de fatigue, nous regardons les bagages faire leur ronde incessante sans apercevoir les nôtres.
10 fois nous nous exclamons : « Haaaa ! C’est la tienne là-bas… Haaa bah… Ha non… »
Nous savons, aujourd’hui, que ce n’est qu’un jeu de patience. Elles jouent à cache-cache, certes, mais les valises ne prennent pas la poudre d’escampette toutes seules. Cependant, il est vrai que pendant ce bon quart d’heure, cette pensée nous a effleurés.

Mes deux compagnons jouant brusquement les timides me poussent vers le bureau de change.
Il se trouve juste en face, à quelques pas. La jeune femme  de l’autre côté de la vitre, toute souriante, nous donne nos wons.
Elle est rudement efficace et agréable. Hé béh, ça change de nos guichetières françaises…

Pour le cadre, j’ai envie de dire que c’est la même chose. L’aéroport est calme, il n’y a pas de bousculades, il n’est pas bruyant et ce, malgré le monde. Visuellement, il est bien sympa et très propre.

Bon… c’est pas tout ça mais Séoul, c’est pas la porte à côté ! Il faudrait penser à se bouger.

On a tout : Nos papiers, nos affaires, des wons, la réservation de l’hôtel mais il nous manque encore le moyen de transport.
Et là, quand vous êtes éreintés et que vous vous retrouvez au coeur de l’inconnu, il se passe comme un phénomène étrange. Chacun compte sur l’autre pour trouver LA solution.

Crotte de bique ! Qui était en charge de se documenter sur le trajet INCHEON-SEOUL ?! Comment ça personne ?!!!!!! Y’a pas un bus …?
Un bus ! Oui ! Il y a un bus qui va à Séoul !…. Ha oui mais lequel ?… Heu… qui sait lire le hangeul ?

Notre jauge de courage s’est vidée d’un seul trait ! [GAME OVER – YOU’RE DEAD]
Lorsque vous passez le bout du nez par la porte, du côté de la gare routière, vous vous rendez compte qu’il y a des taaaaaas de bus. Des bus à foison même. Par péché de flemmardise, nous avons joint nos faibles pensées : « On oublie les bus pour l’instant ! »

Nous écartons l’idée du métro de la même façon. Trop compliqué pour nos têtes embrumées.

Ma soeur commence à afficher un visage inquiet. Moi, je plisse les yeux, en pivotant dans tous les sens, comme si ça pouvait m’aider à lire le Coréen. Notre compagnon, lui, avance au pif, n’en menant pas plus large.

Le taxi ! Il va falloir opter pour un taxi ! C’est bien le taxi ! Il nous déposera au pied de l’hôtel. De ce que nous savons, la course ne coûte pas cher. Et nous n’aurons qu’à déposer délicatement nos fessiers froissés sur la banquette.

Nous finissons à peine de nous mettre d’accord qu’un homme nous saute dessus. Il a l’air bourru et transpire dans son t-shirt à manches longues.

Surpris par l’attitude pressante et oppressante de cet individu, la tension s’installe.
Il parle très mal anglais, ce qui ne facilite pas la communication.
Puis, tout s’éclaire. Il parvient à nous expliquer qu’il est un taxi-man !

Il n’en faut pas plus à notre pote pour nous conseiller de le suivre les yeux fermés.
Je regarde ma soeur. Elle se renfrogne. Je me montre tout aussi méfiante.
Et pour cause, l’homme a un comportement des plus étranges. Il est pressé. Trop pressé ! Limite stressé. Il en perd même l’orientation.
Nous le suivons et sortons de l’aéroport, longeons quelques cars avant de revenir sur nos pas pour finalement prendre l’ascenseur. Bizarre.

La chaleur moite et étouffante nous étourdit un peu plus. Incapables de réfléchir, nous continuons à lui emboîter le pas docilement.
Alors qu’il dit bonjour à quelques personnes, nous sentons une once de soulagement. Forcément, si ce monsieur connait des gens à l’aéroport c’est qu’il est bien ce qu’il prétend être… oui… forcément !

Puis, il nous indique que son taxi est garé juste devant en nous le montrant du doigt.
Tiens…? C’est une sorte de 4X4. Et il n’y a pas d’enseigne « taxi » dessus.
Je recule d’un pas mais notre chauffeur a déjà balancé deux valises dans le coffre. Je l’imite donc en portant la mienne. Il lève alors les bras au ciel en criant des « no no no ».
Qu’ai-je fait?!
Ha d’accoooord… Une femme n’a pas à porter de lourdes charges. Okaaaaay…
Il se tourne vers mes amis en se moquant gentiment de moi, mimant un body-builder. Cette petite performance a eu le don de me faire rire. Résultat : je suis montée dans la voiture avec bien moins de scrupules.

Pourtant un autre détail aurait du me mettre la puce à l’oreille. Alors que je cherche à asseoir mon popotin à l’arrière comme n’importe quel passager de taxi, l’homme me signale, toujours en gesticulant, que ma place était à l’avant à côté de lui. Pourquoi ?! Il ne sont que deux derrière ?

Sur le coup, je n’ai même pas cherché à imaginer que ce monsieur faisait quelque chose d’illégal. J’ai juste haussé les épaules. J’ai souri aux deux autres qui étaient déjà enfoncés dans leur siège. J’ai donc grimpé à l’avant. J’ai attaché ma ceinture et….

SEOUL, NOUS VOILAAAAA !!!!!!!

( A suivre… )

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s