SEOUL – Carnet de souvenirs (1)

Seoul – épisode 1

Tout commence à Roissy par un grand moment de loose et d’excitation.
Nous sommes le 12 août 2011, en fin d’après-midi. Nous partons à 3 pour Séoul et aucun de nous n’a jamais pris l’avion.

Baptême de l’air en trio… aussi surprenant que ça puisse paraître !

Déjà de ce fait, les prédispositions à ce voyage ne sont pas très bonnes. Mais qu’importe, c’est le coeur vaillant et empli de joie que nous nous dirigeons vers l’aéroport dans un RER bondé.

Bien trop en avance, complètement paumés, le nez en l’air à la recherche du comptoir d’enregistrement, nous finissons par sortir victorieux de cette première étape.

« Si tu peux monter dans un train, alors tu peux embarquer dans un avion ! Cen’est pas plus difficile ! Foi de Noona-Mama-Lisa ! »

Alors que tout semble rouler comme une patinette bien huilée, un premier obstacle surgit :

Le seul avion à avoir du retard est… BINGO ! Le nôtre, bien sur !

Nous voici donc à faire les poireaux durant une grosse heure supplémentaire avant même d’avoir passé la douane.

La poisse ! Dire qu’on avait tout bien préparé la veille en prenant soin de ne rien oublier :
– Le guide touristique de l’Office du Tourisme Coréen
– Un appareil photo
– Une valise à moitié vide à remplir sur place

On se croyait paré à toute éventualité ! Au diable le reste !

Première leçon : L’avion fait comme il le souhaite ! C’est lui le patron !

L’attente devient vraiment rude au fur et à mesure que le temps passe. Les bancs de l’aéroport sont inconfortables et froids.

Mais le pire n’est pas là. Un banc en ferraille, c’est toujours mieux que pas de banc du tout.

Le problème, le vrai, le plus gros hic, c’est que… Béh, nous avions oublié de dormir la nuit précédente !

Trop de choses en tête, trop de préparatifs (enfin… de brassage d’air plutôt) et surtout bien trop d’impatience!

L’heure approche enfin. Nous nous dirigeons vers la douane. En passant les portes, rien ne pouvait présager le moment épique qui va suivre.

Tout du moins, épique pour ma poire!!!!

La première demoiselle (ma soeur) passe sans encombre. Notre compagnon de voyage (et ami de ma soeur), lui, se fait un peu remarquer.
On lui intime d’enlever chaussures, ceinture et tout le toutim.

Bon… rien de grave, je vous rassure. Il explique à l’agent qu’il a pc, appareil photo, câbles, etc. Puis, après un petit passage en revue, il est validé par Mme Uniforme.

C’est à mon tour. J’affiche un sourire un peu trop prononcé peut-être…

On m’ordonne de me délester de presque tout hormis mes vêtements (encore heureux !)
Surprise, j’obéis et m’exécute pour l’enlevage des sandalettes à talons, la pince à cheveux (bonjour la tronche avec la touffe sans dessus-dessous), la ceinture et je ne sais quoi d’autre.

C’est fou le nombre d’accessoires que j’avais sur moi !

La chevelure dépeignée, claudiquant pieds nus, on m’ordonne alors de me mettre sur le côté.

Mais QUOI ENCORE ?!

Un grand monsieur mastodonte me dit de ne pas bouger parce qu’il va procéder à des vérifications de mes papiers d’identité et de mon billet d’avion.

Heu… Ha bon?!

Je sais que j’ai l’air d’une sorcière tout droit sortie d’une forêt sombre et défraîchie mais quand même !!!!! J’ai pas dormi et vous venez de ruiner mon style !

Ce n’est pas une crème pour les mains, un fond de teint, un dentifrice et une eau de toilette à la vanille dans mon sac qui font de moi une terroriste, bordel !!!!

Promis, je n’ai pas cherché sur le net comment fabriquer une bombe avec un rouge à lèvre!
Et juré, je ne menacerai personne avec mon déodorant!

Légèrement en colère, interloquée mais surtout inquiète de ne jamais monter dans cet avion, je commence à voir mes rêves Séoulites s’envoler.

Un long moment après, on me laisse passer sous les vannes bien méritées de mes deux acolytes.

Je sers fort mon passeport contre moi, un tantinet penaude. Celui-là, on ne me le prendra plus !

Soudain, une vision me remet en joie. Celle de l’avion d’Air Korea. NOTRE AVION! Il est là!
Il se fait joliment apprêter pour nous.
Ha ! Ha ! Il est lààààà!

Oublié le monsieur mastodonte ! Oublié le déshabillage !

La dernière ligne avant l’embarquement nous semble carrément interminable.
Tous les passagers (pour la plupart, coréens) sont calmes et discrets attendant sagement l’heure du départ.
Ce détail m’a percutée de plein fouet.

Jusque là, je ne connaissais que l’effervescence des gares de TGV, bruyantes et agitées. Alors assister à ce quasi-silence emprunt de zenitude nonchalante était presque surréaliste.

En un rien de temps, nous montons à bord et nous rejoignons nos sièges.

Tout au fond, rangée du milieu, près des toilettes.
C’est important, il faut le savoir!

Et comme c’est la première fois que je découvre l’intérieur d’une cabine d’avion, je m’empresse de faire la fouille de tout ce qu’il y a à ma disposition.

Petit écran, musique, casque, couverture et même les chaussons jetables!

Je ne suis pas la seule! Ma voisine de soeur en fait tout autant! Deux gamines!

Le voyage se passe sans soucis majeur. Au décollage, la main de ma frangine a fini broyée. Expérience de flippe intense !

Nous volons dans l’insomnie la plus totale admirant les poses improbables des autres passagers qui eux, dorment à points fermés.
INCROYABLE…

De notre côté, nous ressemblons juste à 3 énergumènes incapables de se concentrer sur quoi que ce soit, à part peut-être la bouffe.
Béh oui, tant qu’il y a du kimchi, tout va!

Le lendemain, après avoir passé la nuit tant bien que mal à planer entre ciel dégagé et trous de perturbations, nous voilà à destination (ou presque) :

INCHEON !

(à suivre…)

 

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s