IKIGAMI (Le film)

 

SYNOPSIS

Le Japon est en crise. Le peuple souffre et n’a plus envie de se battre. L’état instaure alors une Loi pour la prospérité nationale. Afin de redonner le goût à la vie et le sens des valeurs au pays, les enfants de 6 ans, rentrant à l’école, se voient injecter un vaccin dont 1 sur mille contient une capsule mortelle qui éclatera et causera la mort du sujet entre ses 18 et ses 24 ans. Le jeune qui décèdera et sa famille auront tous les honneurs et seront considérés comme des héros. Le but de cette action est de faire prendre conscience à tout un chacun que la vie est courte et qu’il faut la vivre pleinement et dans la droiture car elle peut s’arrêter à tout moment.

Fujimoto, est un employé de la mairie. Il est le livreur de l’ikigami, une lettre de préavis prévenant le destinataire qu’il est l’élu et qu’il ne lui reste plus que 24h à vivre.

Fujimoto, face à la détresse de ses clients et de leurs familles, va bientôt se poser les mauvaises questions et ressentir une gêne envers cette loi cruelle…

 


TRAILER


FICHE TECHNIQUE

Titre Original : Ikigami
Autre titre : Ikigami : The Ultimate Limit
Durée : 02 h 13 min
Pays: Japon
Genre: Faits de société, drame humain, politique
Auteur : Motoro Mase
Réalisateur : Tomoyuki Takimoto
Compositeur : Hibiki Inamoto
Studio: Kaze
Sortie Japon: 27 septembre 2008
Sortie France: 20 janvier 2010

FILM LICENCIÉ

Achat DVD

CASTING

Shota Matsuda : Fujimoto Kengo
Hitori Gekidan : Shimada
Takayuki Yamada : Lizuka Satoshi
Riko Narumi : Lizuka Sakura
Sano Kazuma : Takizawa Naoki
Tsukamoto Takashi : Komatsuna Hidekazu
Jun Fubuki : Tsubasa Kazuko
Akira Emoto : le conseiller
Takashi Sasano : Ishii
Yuta Kanai : Tsubasa tanabe
Haruka Igawa
Sansei Shiomi

 

MON AVIS

Voilà une adaptation d’un de mes mangas fétiches et je dois dire que cette adaptation est plutôt réussie. Le film retrace le tome 1 et 3.
Chaque chapitre est axé sur un condamné à mort et ses dernières 24h. Il y a donc pléiade de personnages et seuls quelques uns ont été reportés à l’écran. Une des premières histoires qui m’avait touchée, n’y est pas…. Je suppose que le choix a du être rude pour les scénaristes.

Le film suit donc le manga et nous avons un Fujimoto qui peu à peu, se réveille et s’insurge contre cette loi pour la prospérité nationale, se mettant lui-même en danger avec seulement quelques paroles qu’il laisse échapper malencontreusement.

Ce film suit l’ordre d’apparition des chapitres et personnages. Il introduit une première approche de l’ikigami avec le tout premier protagoniste du manga.
On a donc à faire à un jeune homme névrosé qui a subi des traumatismes toute sa vie de la part de ses camarades d’école. N’ayant plus rien à perdre, il décide de se venger….
Ce passage nous plonge de suite dans l’angoisse et l’irrationnel que peut provoquer une telle loi.

Les grandes trois histoires dépeintes sont centrées sur les futurs élus de la loi mortifère :

– Un chanteur de rue, qui pour trouver le succès, a lâchement trompé et abandonné son ami.
– Une politicienne qui prône cette présente loi et qui a piétiné son propre fils, le poussant à la haine de la société et à la réclusion dans sa chambre.
– Un frère, délinquant, qui tente de trouver la bonne voie pour s’occuper de sa petite soeur aveugle, son unique famille.

Le ton est sombre, les couleurs le sont aussi. Tout y est terne comme pour souligner la détresse du pays et des personnages. Il n’y a que les flash-back qui sont colorés.

Fujimoto qu’on pourrait prendre pour le personnage principal est pourtant recalé au second plan.

Quelques détails changent par rapport au manga. Alors que dans ce dernier, Fujimoto a une prise de conscience bien plus lente, ici, on le sent de suite torturé et mal à l’aise dans son métier. Il risque sa vie bien plus que dans la version papier.
Le film offre également une dimension plus réelle aux personnages ou même plus humaine

Je ne m’étalerai pas sur la brochette d’acteurs qui est tout simplement excellente.

Je ferai juste remarquer que son rôle dans IKIGAMI est le premier de Matsuda Shôta au cinéma Il n’a pas choisi le plus simple puisqu’il est là, loin de la beaugossattitude du brun ténébreux qu’on peut lui connaitre dans les dramas.

Alors bien sûr, il y a de l’émotion mais juste ce qu’il faut pour vous émouvoir sans tomber dans le film-madeleine excessif (heeeu… quoique ceci ne s’applique pas à la chochotte que je suis).

C’est une caricature du malaise des jeunes au Japon, pays dirigé par des vieux croulants obtus qui n’aiment pas leur jeunesse et qui sont prêts à la sacrifier.
L’histoire est traitée comme un présent alternatif où l’occupation américaine n’a pas eu lieu et où cette loi a été imposée, forçant le respect de la population et l’intimant à se tenir tranquille.

J’ai lu le manga et j’ai adoré le film. Je l’ai trouvé impeccablement réussi.
Cependant en discutant avec Chieki (ma soeur qui participait à l’écriture de mon ancien blog*), je me suis aperçue que si vous n’aviez jamais mis le nez dans le manga, il est difficile de tout suivre.
L’oeuvre perd de son intérêt et plusieurs points sembleront peut-être incompréhensibles.

Donc, avis aux lecteurs d’Ikigami : Jetez-vous dessus.

Aux autres…. Il est peut-être temps de découvrir ce manga génial et d’en profiter pour regarder un petit film par la suite.

 


 

CHANSON DU FIM « Michishirube »


 

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s