4ème DIMENSION en salle d’OP

Hé bien, hé bien, que de jours d’absence sur ce blog… *passe une tête par l’entrebaillement de la porte*… Heum… Y’a quelqu’un ?!

Ha non, les gens ! Ne me faites pas les gros yeux, j’ai la meilleure excuse possible :

 

Bébé est né !

 

Vous ne le saviez peut-être pas (sauf si vous avez cliqué sur l’onglet À Propos) mais j’étais enceinte de mon 4ème petit monstre qui a pointé le bout de son nez au début du mois de juin.

Après une semaine d’hôpital et presque un mois d’adaptation à la routine biberons-couches-dégueulis qui compose mes journées, me revoici l’oeil cerné de rouge et le cheveu en pagaille.
Oui, on oublie tout de suite le côté frais et pimpant !
Si j’essaie de me convaincre que je garde une allure potable et attrayante, mon miroir (Ô vilain miroir) est là pour me susurrer que je ressemble à une sorte de Blanche-Neige bouboule en fin de soirée très alcoolisée !

Ce tout nouveau pan de ma vie me donne envie de parler de moi ! Narcissisme, quand tu nous tiens !
Pouponner un nourrisson, c’est comme adhérer à un club invisible au sein duquel tous les parents tâchés de vomi laitier éprouvent le besoin de raconter leurs aventures.

Alors, laissez-moi me confier…


Je suis une habituée des faits étranges qui n’arrivent qu’à moi. Demandez à mon entourage ! J’attire les bizarreries comme le plancton attire les baleines !

Mon accouchement n’a donc pas dérogé à la règle.

Déjà, on ne m’a pas laissé d’autre choix que de subir une nouvelle césarienne. J’ai bien essayé de battre joliment des cils afin de convaincre l’obstétricien de l’hôpital de me laisser accoucher par voie basse mais en vain. Il m’a juste lancé un NON catégorique à la face.

Tiens, d’ailleurs, obstétricien que je n’ai consulté qu’une seule fois. Le reste de mes rendez-vous se sont déroulés avec ma gynéco de ville et avec une sage femme du service maternité. Oui, vous avez bien lu ! J’ai été suivie par une sage-femme alors que j’allais passer sur la table d’opération !

Je ne vous raconte pas la frousse, le jour J !!!! Quatrième césarienne avec un médecin inconnu ! Autant dire que si j’avais pu m’agripper au lit de ma chambre au moment où le brancardier est venu me chercher et ce, sans me foutre une honte intersidérale, je l’aurais fait volontiers !

Bref, vers 8h du matin, me voilà, en quasi tenue d’Eve, à arrondir mon dos, sur une planche à découper, afin que l’on m’insère une longue aiguille dans la colonne vertébrale.
Une partie de plaisir pour l’anesthésiste qui me détestait à coup sûr. Je lui ai créé quelques émotions. Dès qu’il cherchait à piquer, je me rétractais. Une vraie flippette !

Arrive mon obstétricien visiblement de bonne humeur :
– Bonjour !!!! Vous allez bien ?!
Je lui réponds en oubliant tact et bonnes manières :
– Bof… Et vous ? Vous êtes bien réveillé ? Vous avez pris un café ?
Lui, l’air hagard :
– … Pourquoi ?
Moi :
– Pour faire du bon travail…

Comme pour me punir de mon arrogance, j’allais bientôt vivre une expérience inédite.

L’établissement que j’ai choisi est un CHU. Une interne assiste le docteur. Rien de bien étonnant à cela.

Au début, tout se passe à merveille. L’ambiance est détendue et le personnel est adorable. On blague à droite. On rigole à gauche. On me chouchoute dans les gestes et les paroles. Je raconte un peu ma vie.
« Ha, moi ma fille… », « Et vous, la vôtre… », « Combien d’enfants… », « Vous aussi, ce n’est pas le même papa… », « Ouais, c’est pas facile… », « Ha bon ? Et c’est bien ces réunions vente de lingerie… », etc.

L’assistante anesthésiste ne me lâche pas d’un poil. Elle veille correctement à ce que je ne m’endorme pas et vérifie constamment mes signes vitaux.

TOUT D’UN COUP, l’irréel !

Je la vois fixer quelqu’un par-dessus le drap qui me cache la scène. Elle s’adresse à la personne qui n’est autre que l’interne :
– Tu vas bien ? T’es un peu pâle… Tu as déjeuné ce matin…?

Et là…

– Ho, hooo, HO !!!! Tenez-là !

Je vois ma copine de salle d’op partir en courant. Un bruit de fracas. Tout le monde s’affole. Ma barre à perfusion vacille et manque de tomber. Du brouhaha. Puis l’obstétricien qui crie à l’interne :
– Lâche ! Lâche la main ! Lâche !
Puis, me parlant à moi :
– Ne vous inquiétez pas madame ! Vous allez bien ?! Ne vous inquiétez pas !
Je lui rétorque complètement abasourdie :
– Heu… Oui… Moi, oui…

Derrière ma bâche bleue et grâce à ma péridurale, je ne vois, ni ne ressens rien.
Fort heureusement !
Car l’interne vient tout simplement de tomber dans les pommes, la main crispée et accrochée à mon utérus ouvert.

Ne comprenant qu’à moitié ce qu’il se trame derrière le bout de tissu, j’ai presque envie de rire tellement la situation me semble absurde. Je me demande si la dose de morphine éjectée dans mon épine dorsale n’est pas un peu trop forte. Je m’imagine dans une caméra cachée (François,  j’t’ai reconnu !) ou dans une série américaine… X-Files, peut-être… La vérité est ailleurs.

Ho non, bougez pas, j’ai mieux…

J’ai déjà vu ce scénario dans Gray’s Anatomy ! Ouaaais, y’a que là-dedans que les internes défaillent en pleine opération !!!!! (Enfin… Là-dedans et accessoirement dans les blocs où je me fais opérer.)

Maintenant que je percute un peu mieux la dramatique, je crois sincèrement que mon anatomie (à moi)  est passée à 5 doigts (d’interne) du carnage.

C’est vachement bien la drogue et les rideaux bleus ! Sur l’instant, tu vis facilement les choses grâce à eux.

En tout cas, cette matinée durant laquelle je me suis transformée en actrice malgré moi, aura marqué mon existence. Je ne sais toujours pas si j’en veux à cette fameuse interne. Je suis partagée. (Pas pour moi mais pour bébé qui a souffert à la naissance)

Par contre, je dois une fière chandelle à mon obstétricien qui s’est attelé à effectuer un travail d’orfèvre, minutieux et appliqué. Merci à lui.

Toujours est-il que plus jamais je ne pénètrerai, sereine, dans une salle d’opération. À l’avenir, les voyages inter-dimensionnels, très peu pour moi…

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s