Hi SUHYUN ( feat. BOBBY ) – I’m different

La YG Entertainment n’en finit plus de nous surprendre. En quête perpétuelle de renouveau, on n’arrête pas dans les écuries de BigBang, 2NE1 et Psy.
Yang Yung Suk, (le big boss) en renard rusé, opte pour un concept tout neuf. Après avoir piqué la curiosité des internautes avec de mystérieux teasers sous forme d’équations, la YG nous parle d’UNIT.

Alors que les autres maisons de production s’entêtent à auditionner de futures possibles idoles, chez la YG Family, on change de stratégie !
Les featurings plaisent énormément. Les fans frôlent la folie lorsque tel ou tel artiste débarque sur scène pour reprendre en duo (ou plus) le titre d’un autre. Qu’à cela ne tienne, Yang Yung Suk mélange ses pions et renforce son armée de petits génies.

C’est exactement ce que sont les UNIT. Des sous-groupes créés à partir de ceux déjà existants.

La première UNIT à voir le jour se compose de ma chouchoute LEE HI (à gauche) et de LEE SU HYUN (à droite), la voix féminine des AKDONG MUSICIAN.
.


Le duo ne pouvait pas être mieux choisi. Les deux poupées de la YG assemblent leurs voix groovy et leurs frimousses de bébé pour un I’M DIFFERENT rafraîchissant.
Bobby des IKON vient y déposer quelques lignes de son flow rauque et, ma foi, ça l’fait bien !
Le morceau sort le 11 Novembre 2014. Les internautes s’insurgent de suite.
Comment ?! Pas de MV ?!

Papa YG met fin à cette impatience aujourd’hui avec la mise en ligne du clip.
Comme l’indique le titre du single, les deux nénettes clament leurs différences face au beau jeune homme sur qui elles ont jeté leur dévolu. Elles le pourchassent à coups de mimiques trop mignonnes. Mais, il faut croire que le jeunes éphèbe n’aime pas les filles différentes puisqu’il éconduit les deux demoiselles qui acceptent leur défaite.

J’adhère à fond ! C’est girlie mais pas dans le sens péjoratif, du terme; c’est malicieux; et ça nous replonge dans nos amourettes d’adolescence, à l’époque où nous, les filles, courions après les garçons en gloussant timidement.
.


.

.


.