BATTLE ROYALE

…ou la Loi de réforme de l’éducation pour le nouveau siècle

Dans cette période de troubles et d’incertitudes quant à l’avenir éducatif de notre pays, j’ai choisi de vous présenter un film dont tous le monde a entendu parler: Battle Royale! Ce film est bien plus profond qu’il n’y parait, avançant certaines critiques et polémiques sensibles en Japon concernant le système éducatif mis en place au pays. On pourrait parler de film d’anticipation, le film fut sujet à de nombreuses critiques, notamment par la violence crue et brutale qu’il offre à voir, et ceux dans un milieu d’adolescent, et plus précisément d’élèves de lycée.

Fiche technique

  • Titre : Battle Royale
  • Titre original : Batoru rowaiaru (バ トル・ロワイアル, Batoru rowaiaru)
  • Réalisation : Kinji Fukasaku
  • Scénario : Kenta Fukasaku, d’après un roman homonyme de Kōshun Takami
  • Production : Kenta Fukasaku, Kinji Fukasaku, Kimio Kataoka, Chie Kobayashi, Toshio Nabeshima
  • Musique : Masamichi Amano
  • Photographie : Katsumi Yanagishima
  • Montage : Hirohide Abe
  • Décors : Kyôko Heya
  • Pays d’origine : Japon
  • Format : Couleurs – 1,85:1 – Dolby Digital – 35 mm
  • Genre : Action, horreur
  • Durée : 114 minutes
  • Dates de sortie : 16 décembre 2000 (Japon), 21 novembre 2001 (France), 30 janvier 2002 (Belgique)
  • Film interdit aux moins de 16 ans lors de sa sortie en France

Distribution

  • Takeshi Kitano : Le professeur Kitano
  • Tatsuya Fujiwara : Shûya Nanahara
  • Aki Maeda : Noriko Nakagawa
  • Taro Yamamoto : Shôgo Kawada
  • Masanobu Ando : Kazuo Kiriyama
  • Kou Shibasaki : Mitsuko Sôma
  • Chiaki Kuriyama : Takako Chigusa
  • Yukihiro Kotani : Yoshitoki Kuninobu
  • Takashi Tsukamoto : Shinji Mimura
  • Eri Ishikawa : Yukie Utsumi

Bande annonce Vosta

Battle Royale est un film japonais réalisé par Kinji Fukasaku, sorti en 2000. Il s’agit d’une adaptation du roman du même nom de Koshun Takami.



Dans un futur qui se veut proche, le Japon est devenu un régime totalitaire, où le chômage a atteint 15% des actifs et où des centaines de milliers d’écoliers ont rejeté le système éducatif.

Devant l’ampleur du malaise, et pour échapper à la catastrophe, le gouvernement a instauré une nouvelle mesure baptisée « Battle Royale ».
Une nouvelle réforme de l’éducation qui a pour but d’inculquer aux adolescents japonais, trop enclins à la violence, de solides valeurs et de leur apprendre le vrai prix de la vie.

Ainsi, chaque année, une classe de collégiens (des élèves de troisième) est désignée au hasard : ils partiront sur une île déserte.
Là-bas, ils devront survivre pendant trois jours, à l’issue desquels il ne pourra en rester qu’un, faute de quoi tous les rescapés seraient exécutés.

Il n’y a donc pas d’autre choix que de s’entretuer. Pour cela, on donne à chacun une arme différente (qui va de la passoire au fusil mitrailleur en passant par les grenades) et des vivres.
Chacun est libre d’aller et venir sur l’île, mais tous sont repérés en permanence sur une carte par le biais d’un collier électronique émetteur, lequel peut également les tuer en explosant, par simple pression d’un bouton à distance…

Le film met en scène les 42 élèves de la classe de 3eB du collège municipal de Shiroiwa qui partent en bus pour un voyage scolaire.
Du moins, c’est ce qu’ils croient jusqu’à ce que des militaires les emmènent sur une île déserte.
La classe verte se transforme alors en véritable cauchemar, dictée par la Loi de la Battle Royale, où les élèves vont devoir se battre pour leurs survie, dans un univers impitoyable et sans concessions, puisque le film commence d’emblée avec une scène où deux élèves sont tués par l’instructeur (interprété par Takeshi Kitano) avant même le début du jeu pour comportement insolent.De plus, pour corser le jeu, les organisateurs ont inclus deux joueurs imprévus:
le gagnant du Battle Royale d’il y a trois ans, Shôgo Kawaga qui s’est fait de nouveau enlever et qui est bien décidé à survivre, et Kazuo Kiriyama dit Le Volontaire, qui s’est inscrit à Battle Royale sur internet dans le but de s’amuser dans le jeu…

Battle Royale: la loi de réforme de l’éducation japonaise

Tout d’abord il convient d’expliquer plus en détail cette loi votée par les adultes, car il s’agit bien d’une loi (donc qui est légale et publique) où l’on peut tuer en toute impunité. Voici l’article de loi et ses clauses:

La loi Battle Royale

Article 1 – But de Battle Royale

Battle Royale a été instituée dans le but de former une nation saine de corps et d’esprit.

Article 2 – Participants à Battle Royale

Battle Royale est destinée une fois par an à une classe choisie parmi toutes les classes de terminale de lycée du pays.
Cette loi s’applique à toute la population sans distinction de sexe, de race, de religion ou de condition sociale.

Article 3 – Orientation générale de Battle Royale[

Toutes les personnes soumises à cette loi doivent se battre joyeusement, en s’amusant, et avec combativité en appréciant leur immense chance d’avoir été sélectionnées à ce jeu.

Article 4 – Obligation imposée aux participants à Battle Royale

Tous les participants à Battle Royale ont pour obligation de se battre loyalement. (cependant, tous les coups sont permis)
Aucun d’entre eux ne doit refuser le jeu ou tenter de l’entraver sous peine de mort immédiate.

Article 5 – Mesures judiciaires spéciales pour les participants à Battle Royale

Les participants à Battle Royale sont exempts de toute punition judiciaire et sont autorisés à commettre des meurtres sur les autres participants, à provoquer des incendies et à se servir d’armes de toute nature, y compris les matières médicamenteuses. Cependant il leur est interdit de se révolter contre le professeur superviseur et contre les membres du comité, d’entraver leur action ou de se venger contre eux. Ceux qui commettent de tels actes seront sévèrement punis.

Article 6 – Gagnant de Battle Royale

Battle Royale se conclut par la victoire d’un seul et unique gagnant: le seul survivant. Aucune dérogation à cette règle n’est possible.

Article 7 – Vie du gagnant de Battle Royale

Le gagnant de Battle royale revient à la vie normale (moderne). Le gouvernement lui donne une ‘prime’ en récompense de ses efforts sur le terrain. Il est réaffecté dans une autre région que celle où il habitait précédemment avec interdiction de divulguer des informations concernant la loi B.R (Battle Royale) sous peine de poursuites judiciaires.

Article 8 – Professeur-superviseur de Battle Royale

Les responsables administratifs de Battle Royale sont placés sous l’autorité du professeur superviseur. Celui-ci est choisi au sein du Comité de promotion de la loi Battle Royale, sur recommandation de ses membres. Il est habilité à transgresser toutes les lois dans le but de faire progresser efficacement le jeu. Cependant, l’État et le Comité ne sont pas responsables de sa survie.

Article 9 – Indemnité aux familles des perdants

Les familles des perdants recevront une indemnité de compensation. Cette mesure est soumise à une règlementation spécifique.

Article 10 – Dispositions complémentaires au règlement de Battle Royale

Afin d’assurer le bon déroulement de Battle Royale, certaines dispositions complémentaires pourront être décrétées en cas de nécessité.


– Règlement –

Les élèves sont emmenés de force sur un lieu quelconque dont les gens ont été expropriés (si il est habité a la base) où se déroule l’épreuve.
Chaque élève porte autour du cou un collier électronique (nom militaire: Guadalcanal 22) ayant plusieurs utilités pour les organisateurs:
  • l’espionner grâce à un micro incorporé,
  • le localiser grâce à un système de géolocalisation
  • surveiller son pouls pour connaître à tout moment son état de santé,
  • faire exploser ce collier avec son porteur si celui-ci tente de l’enlever, ou s’il se trouve dans une zone interdite,
  • enfin ces colliers ne craignent pas l’eau.
Au début du jeu, chaque élève reçoit un paquetage contenant des vivres( deux miches de pain et une bouteille d’eau) , une carte de l’île, une boussole, une lampe de poche et une arme; chaque paquetage contient une arme différente et ces paquetages sont distribués au hasard.
Toutes les 6 heures, le professeur en charge de la classe s’adresse aux élèves survivants via des haut-parleurs disposés un peu partout sur l’île pour leur donner le compte-rendu des morts et des heures à partir desquelles certaines zones sont à éviter, ce qui a pour but de resserrer le terrain et intensifier le jeu, sous peine de voir leur collier exploser.

Le jeu se déroule sur 3 jours et à l’issue de ces 3 jours, s’il y a plus d’un survivant, le règlement stipule que leurs colliers à tous exploseront en même temps.


– Armes –

Parmi les différentes armes attribuées aux élèves, un tiers environ sont des armes à feux. On trouve aussi des armes blanches, ainsi que divers objets avec plus ou moins d’utilité. On trouve entre autres:
  • Un couvercle de marmite
  • Des jumelles
  • Une jite
  • Une arbalète
  • Un colt 1911
  • Un glock 17
  • Un Uzi
  • Un Micro Uzi
  • Un Beretta M92F
  • Un Spas-12
  • Une fiole de poison
  • Un GPS
  • Une faux de guerre
  • Une matraque électrique
  • Un éventail en papier
  • Une hachette
  • Un poignard
  • Un nunchaku
  • Un gilet pare-balles
  • Un sabre
  • Un haut parleur
Comme on le voit, tout est très codifié et réglementé.
Rien n’est laissé au hasard, et tout a bien été pensé et monté à tel point que la société japonaise accepte totalement et passivement une telle boucherie juvénile.
Les parents et les professeurs se font complices d’une telle machination, laissant les élèves s’entretuer sans sourciller.
Tous les repères sont inversés. C’est le monde à l’envers où le système éducatif n’est plus là pour à proprement parler «éduquer» et protéger les enfants, mais au contraire pour punir et crée une société idéale où seul les meilleurs survivent.
(source: wikipédia)


Battle Royal, outre sa violence exacerbée reste un film intelligent questionnant la survie de l’individu dans la société, le système scolaire totalitaire mis en place au Japon, ainsi que la violence rencontré dans ce dernier auprès des adolescents.

Le roman de Takami Kôshun est un roman d’anticipation qui met l’accent sur des travers réels de la société nippone.
Ce qui explique pourquoi ledit roman a fait scandale pour avoir osé s’attaquer et dénoncer de manière acerbe l’une des fiertés des Japonais : leur système scolaire et professionnel. Système pourtant en proie à une crise humaine, une rigidité et un enfermement que l’auteur, peut-être visionnaire, considère comme dangereux pour la société à venir.
Je le recommande, pour se faire sa propre opinion sur la question, mais également pour les jeux d’acteurs de Takeshi Kitano et Shibasaki Kou, dont le rôle dans le film lui permit de se faire remarquer et de lancer sa carrière d’actrice (47 Ronin, Orange Days, Galileo) !