– « Moi, j’ai pas besoin d’un homme! »
– « Quoi?!!!!! »   *Exclamation de la copine un peu coincée*
– « Nan, j’ai pas besoin d’homme! »
– « Sérieux?!!!!!»   *Même copine qui commence à se demander si la fifille ne yoyotte pas de l’entonnoir* 
– « JE-N’AI-PAS-BE-SOIN-D’UN-HOM-ME!!!!!! »
– « Vraiment?!»   *Copine toujours incrédule mais admirative*

 

C’est à peu près ce que clament les MISS A dans leur titre « I DON’T NEED A MAN » et qui a eu le don de me faire éclater de rire sous la surprise.
Le coup de la copine qui tombe des nues quand elle entend parler de Girl Power, je n’ai pas pu m’empêcher de trouver ça  naïvement frais et trop mignon.

Réaction typiquement occidentale!

Ce côté-ci du monde regorge de femmes célibattantes, ou du moins, de filles qui abandonnent le nid familial pour voler de leurs propres ailes, tout simplement parce que c’est devenu une normalité.

La nana d’aujourd’hui, plus ou moins à l’aise dans ses bottes, bosse, se bourre la gueule de temps à autre, drague ouvertement, cumule les aventures et ne fantasme presque plus sur un hypothétique prince charmant. Celui-ci a bien trop peur de la princesse dominatrice (et il lui chipe son gloss fraise-des-bois) .
De toute façon, le mariage est devenu obsolète. C’est bien plus simple de vivre à deux sans contrat et le résultat est quasi-similaire. Et puis, pour les plus hardis, il y a toujours le PACS (French touch)!

Sauf que, de l’autre côté de la planète, les moeurs ne sont pas, tout à fait, identiques…

Si l’on se penche un peu plus sur ce titre, on comprendra qu’il est question de condition féminine et de militantisme pour un choix de vie personnel et non imposé par la société.

Au pays du matin calme, pendant la période scolaire, les filles et les garçons disposent des mêmes droits aux études. On a noté que les étudiantes Coréennes étaient en nombre majoritaire. Elles sont brillantes et volontaires. Idéalement, elles pourraient être vouées à de belles carrières…
Pourtant, leur vie professionnelle ne dure pas plus de quelques années et sert manifestement à un tout autre dessein: Se trouver un homme!

Le rôle de la femme est de soutenir son mari en le nourrissant sainement, en lui lavant ses caleçons, en lui reprisant ses chaussettes et en s’assurant qu’il part travailler lustré comme un sou neuf.

À l’instar des Japonaises, les  Coréennes subissent une pression familiale, créée par un diktat patriarcal. Si elles ne vont pas au mariage, alors le mariage viendra à elles, que ça leur plaise ou non!

Rendez-vous arrangés par les familles ou entre amis, harcèlement, maman et papa ne reculent devant aucun subterfuge pour caser leur enfant.
Une fois cette étape franchie, la pression ne retombe pas pour autant car il est grand temps de mettre au monde la descendance.  Ce qui devrait épanouir et donner du sens à la vie de ces jeunes mariées.

Au sein de l’entreprise, il n’est pas rare qu’un patron comprenne « démission » lorsqu’une de ses employées lui annonce son futur mariage. Elle en sera chaudement félicitée, en retour.

Néanmoins, la tendance cherche à voguer vers une nouvelle direction. Des organisations féministes comme le « Onni Network » bataillent pour l’acceptation du célibat prolongé et la possibilité de schémas familiaux divers.
De génération en génération, l’ouverture sur le monde aidant sûrement, les prises de conscience se font doucement. Le chiffre des divorces augmente. Ces mariages célébrés trop hâtivement ne tiennent plus la route. Facteur qui joue aussi sur le taux de natalité qui décline inévitablement.

Toutes ces femmes salariées sont dans la capacité de s’assumer seules. Les jeunes étudiantes se prennent à vouloir rêver à un avenir où elles seraient maîtresses de leur destinée.

De l’argent, elles en gagnent!
Un enfant, ça peut attendre. L’envie de materner ne se commande pas.
Sortir, s’amuser et ne penser qu’à elles, ça aussi c’est tentant.

Alors… Un homme?! Pourquoi faire?!

Voici le message des MISS A :



Le clip est découpé en 4 scènes :

– On y aperçoit la fille qui se fait courtiser au bureau, par deux spécimen de coqs ringards espérant remporter la poule aux oeufs d’or.

– Juste après, c’est la dépendante qui se fait offrir tout un magasin de fringues, minaudant en voyant la carte de crédit de son promis.
(À noter que la robe de mariée est revisitée en accessoire de mode, ici. Sinon, elle finirait aux oubliettes!)

– Les femmes au foyer siamoises se rendent à intervalles régulier chez leur coiffeur, pour faire passer leur ennui. La sempiternelle coupe de cheveux offerte par leurs salary-men de maris, bien entendu.

– Les filles dans les bars passent d’un homme à l’autre pourvu que celui-ci ait plus d’argent.

À tout ceci, les MISS A disent STOP !

Soyez indépendantes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je n’ai jamais été fan de ce groupe! Le premier titre que j’avais écouté d’elles, les avait condamné à tout jamais! Je les avais classé dans la catégorie « Barbies refaites sans style apparent ».
Depuis, je n’ai fait aucun effort pour écouter quelque chose sortant de la bouche de ces 4 nénettes.
Bien malgré moi, je suis obligée de constater que ce dernier morceau fonctionne mortellement sur la tête de mulet que je suis.
Tiré du mini-album, INDEPENDENT WOMEN PART III, les Miss A prennent l’initiative d’endosser le costume des « brûleuse de soutien-gorges » d’aujourd’hui.

I DON’T NEED A MAN en est l’exemple le plus percutant.

On est de suite dans le bain! Jambes à l’air, elles portent l’étendard pour l’indépendance de la femme Coréenne, leur parlant de soeur à soeur et à coeur ouvert.
La musique, qui nous rappellera les DESTINY’S CHILD à leurs débuts, colle parfaitement avec le sujet, comme c’était déjà le cas pour leurs homonymes Américaines dans les prémices des années 90.

Elles reprennent d’ailleurs le flambeau des mains de Beyoncé avec la 3ème partie du concept « Independent Women« .
Un peu présomptueux et culotté, à mon sens, mais qui a au moins la prétention d’y être fidèle (ou copié, pour les mauvaises langues).
R&B pétillant rehaussé de Ho Ho Ho redondants et agrémenté d’un refrain simple, suffit à satisfaire pleinement mes oreilles férues de New jack et de R&B old school.

Ceci étant dit, je ne promets pas de faire des Miss A, mes chouchoutes. Elles restent trop lisses à mon goût. Mais par contre, je vais prendre le temps d’écouter leurs albums passés. Sait-on jamais, d’autres surprises s’y cachent certainement.

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s