Jindo, un chien vieux comme le monde

Une ancienne légende raconte qu’un vieux sage se retira au coeur d’une montagne sur l’île de Jindo afin de méditer. Comme seul compagnon de voyage, sa petite chienne à la robe rougeoyante lui emboîtait le pas.
Alors que l’esprit du vieil homme flottait vers le nirvana, un loup passa par là et saillit la chienne.
Trois chiots naquirent de cette gestation: un noir, un blanc et un rouge.
Ils furent les premiers précurseurs de la race Jindo.

Une autre relate que l’armée Mongolienne qui envahit le territoire Coréen, laissa quelques spécimens de ses chiens d’attaque sur l’île.

Ou encore qu’un bateau Chinois coula près des côtes de Jindo. Les chiens confinés à bord du navire nagèrent vers la terre et furent élevés par les autochtones.

Ainsi se bâti le folklore autour du chien qui gonfle la fierté des habitants de l’île…


Toujours est-il que l’existence du Jindo se fit connaître lors de l’occupation Japonaise au début du 20ème siècle.
Intrigué par la réputation que les Coréens attribuait à cette race canine, un professeur Japonais se rendit sur place pour l’étudier.

Immédiatement, il suggéra à l’empereur d’en faire bon usage. C’est ainsi que nombre d’éleveurs se virent contraints de céder leurs meilleures bêtes.
Il est dit également que l’armée impériale extermina les autres races de chien pour préserver celle du Jindo. Pourtant, et c’est un fait, une fois les Japonais repoussés du territoire, la quantité des ces animaux avait grandement diminué.

Concrètement parlant, il n’y a aucun document attestant de la provenance de ce chien. Les experts s’accordent à affirmer qu’il vit sur l’île depuis des milliers d’années, peut-être même depuis l’âge de pierre.
Si la race n’a pas été altérée depuis tout ce temps, ce serait dû à l’isolement de l’île dont ils sont natifs.

L’île de Jindo, malheureusement connue suite au naufrage du Sewol qui a secoué tout le pays (une pensée pour les familles des victimes) , il y a presque un an, jour pour jour…. cache un phénomène naturel et pourtant si extraordinaire, appelé « le miracle de Moïse » (nous en reparlerons peut-être dans un autre article).
.

Coupée du reste du monde pendant fort longtemps, ses habitants subsistaient grâce à l’agriculture, la chasse et la pêche.
Avec la construction du pont qui la relie au port de Mokpo, dans les années 80, le chien Jindo aurait débarqué sur le continent y subissant quelques croisements.Une décennie plus tard, c’est jusqu’aux États Unis qu’il aurait suivi ses nouveaux maîtres et il serait reconnu pour être un adversaire redoutable pour le coyote.Depuis, des policiers surveillent le pont pour éviter l’exportation de cette espèce qui a reçu le titre de patrimoine historique. Elle est classée à la 53ème place. Ne pensez pas à en adopter un, le gouvernement du pays l’interdit strictement.
.
Le Jindo Kae (ou Jindo Kyon) possède un caractère on ne peut plus loyal. Brave, courageux, indépendant, impétueux, intelligent, c’est un excellent chasseur-né.
En meute domestique, ces chiens peuvent abattre un chevreuil sans problème. L’un des Jindos ira chercher son maître pendant que le reste du groupe surveillera le trophée.

Agile, fort et vigilant, il est parfait en chien de garde.
Affectueux et amical chez lui, il est agressif face aux autres animaux et n’est pas tendre avec les étrangers. Si un Jindo grogne, vous avez plutôt intérêt à le prendre au sérieux. Il ne blague pas!

Sa taille est moyenne. Il pèse entre 15 et 23 kg à l’âge adulte.
Son pelage tombe deux fois par an et 5 couleurs de robe lui sont reconnues: fauve rouge, blanche, noire, noir et feu, gris-loup et « tigrée ».
Quand il est en action, le jindo baisse la tête et pointe les oreilles vers l’avant dans une dynamique de course.
Et au contraire, il porte la tête bien haute lorsqu’il ne fait que trotter.

Cette race a besoin d’espace. Il est inconcevable de l’enfermer en appartement. Il a un sens de l’orientation aiguisé. Ou qu’il aille, il reviendra toujours. Même si les mâles tiennent à leur part de territoire, il est rare qu’un chien outrepasse ses limites. C’est comme si les canidés de Jindo avaient passé un accord tacite entre eux.
L’amour qu’il porte aux humains qui l’élèvent est immense. Très fidèle, il suit son maître partout. S’il vient à en changer, il est capable de s’adapter mais il n’oubliera jamais le précédent. Les relations avec le nouveau propriétaire peuvent s’avérer tendues et difficiles.
.

De très jolies histoires en font foi :

L’histoire de Baekgu (Jindo blanc)

Baekgu naît à Jindo chez Park Bok Dan, une vieille femme. Celle-ci a 7 ans quand la famille, traversant une grave crise financière, fait évaluer la valeur de la chienne. Son sublime pelage blanc et son aptitude à la chasse permettent à la famille de sortir du besoin temporairement. C’est à contre-coeur qu’ils se séparent de Baekgu. La fille de Bok Dan en devient inconsolable.

Quelques jours plus tard, les nouveaux maîtres du Jindo qui vivent à Daejon font savoir aux Park que la chienne a disparu de chez eux.


Ses éleveurs la pense perdue à jamais. Mais ce qu’ils sont loin d’imaginer c’est que Baekgu se trouve sur le chemin du retour. Durant 7 mois, elle parcourt plus de 270 km, utilisant son sens de l’orientation et son odorat.
En Octobre 1993, Baekgu rentre au bercail. La fillette court vers elle affolée et heureuse. La chienne est faible et éreintée. Elle est amaigrie et une de ses pattes expose une vilaine blessure suintante.

Les coréens touchés par cette histoire vraie, collectent des fonds en faveur de la famille pour qu’ils ne se séparent plus jamais de l’animal qui vécu une longue vie paisible près de ceux qui l’ont vu naître.
En 2004, une statue est érigée en l’honneur de son courage, dans la ville natal de ce petit chien blanc.

Un autre Jindo montra sa loyauté non loin de là…

Mr Park (oui encore) mène une existence solitaire après son divorce. Sa seule joie est ce compagnon à quatre pattes de 3 ans  dont il s’occupe comme s’il était son propre enfant. Mais Mr Park est très malade. Il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. Il offre alors son corps à la science pour favoriser les avancées sur le mal qui le détruit.

Lorsqu’il décède, l’équipe médicale vient récupérer le corps inerte. Le chien leur fait alors barrage. Il menace d’attaquer quiconque tente d’approcher son défunt maître. Des heures durant, on lui propose à boire et à manger mais le chien blanc refuse en s’entêtant à montrer les crocs.

Le corps doit être sorti par la fenêtre tant bien que mal, et transporté au plus vite.
Après le départ de son maître adoré, le chien ne bouge pas, montant la garde près du lit de l’homme. Il reste indifférent à toute nourriture pendant plus de 3 longues journées. Les voisins tenus a distance ne peuvent que déplorer cet événement avec tristesse tout en admirant la dévotion du chien.

Comme quoi, ces animaux peuvent montrer des sentiments plus loyaux et aimants que n’importe quel être humain. J’ai moi-même été émue par ces petites histoires.

Mais je parle, je parle…

Je pense qu’en cherchant un peu, il serait simple de dénicher des tas de choses à écrire sur le Jindo mais je vais juste clôturer cet article par quelques faits-divers :

Les capacités et les caractéristiques du Jindo ont séduit les Américains et plus particulièrement la police de Los Angeles. Des agents de la LAPD se sont rendus à Jindo Island dans le cadre d’un projet de dressage et d’apprentissage.
Ils sont rentrés avec 4 chiens pour parfaire l’entraînement.
Deux d’entre eux seront affectés en tant que chiens policiers.
Un officier a déclaré que si le Jindo devenait un chien officiel de la LAPD alors la division de la Cité des Anges contribuerait à la renommée de la race et par extension à celle de la Corée du Sud. (Un peu prétentieux, non?!)

Et que dites-vous de ce fait plus qu’étonnant :

Au zoo de Chinae, une lionne et un Jindo logent au même endroit et ce, depuis 2002. Soonee, la lionne de 10 ans aime à se laisser enquiquiner par Tangchil âgé de 5 ans. Bien qu’elle soit plus âgée, elle a de suite accepté son nouveau camarade.
Attention à la papatte, Mr Tangchil!!!! Ta copine en a une 4 fois plus grosse tout de même!!!!
Bon c’est pas tout ça mais…
Si je vais à Jindo… est-il possible de cacher cette petite boule de poils sous ma doudoune????Roooh, c’était juste une question, hein… Alors?!
Je ne peux vraiment pas?!… Chincha?Pour ceux qui souhaiteraient adopter cet adorable charmeur, il faut savoir qu’il y a des élevages américains, anglais et peut-être même en France.
.

Par contre, les qualités génétiques et primitives du Jindo ont de fortes chances d’être altérées et la race croisée. Renseignez-vous donc correctement.

Quoiqu’il en soit, souvenez-vous d’un point important: Ce chien a besoin de liberté, d’étendues et de nature. Prenez le en compte car c’est une priorité à son bonheur!
Cela dit, si vous avez un vélo à lui prêter, il vous en sera gré… surtout si c’est lui conduit!

Wohoooow, Jolly Jumpeeer!!!!