SARU LOCK

SYNOPSIS

Saru est un jeune homme complètement obsédé par les filles et le sexe. Il n’a d’égal que son pote yamamoto avec qui il se dispute la place devant un film porno.
Ces deux-là passent leur temps à monter des plans pour pouvoir entrevoir une cuisse ou un sein.

Ils se font souvent des scénarios sur une possible proposition indécente que pourrait leur faire n’importe quel membre de la gente féminine.
La seule a savoir les réveiller, c’est Ritsuko, leur amie d’enfance.
Les connaissant sur le bout des doigts, elle n’hésite pas à les faire valser à coups de pied.
La « victime » préférée des deux compères est leur 4ème ami, Yamada. C’est un gendarme coincé, un peu gauche, timide mais presque tout aussi pervers.

Saru est également le serrurier du quartier. Il tient seul la boutique depuis le départ de son père, il y a 10 ans.
Aucune serrure ne lui résiste. Doué et passionné par son métier, il n’hésite pas à exercer son talent surtout si c’est une belle demoiselle qui lui demande.
Avec un peu de chance il pourra lui moyenner un petit service en nature…. Enfin, dans ses rêves !!!!

Ces 4 là, vont se retrouver au coeur d’histoires étranges et dangereuses où Saru devra exceller en ingéniosité et en dextérité dans son domaine, s’il veut atteindre le coeur… ou plutôt le corps… d’une dame.


TRAILER


CASTING

Ichihara Hayato – Sarumaru Yataro
Ashina Sei – Mizuhara Ritsuko
Watabe Gota – Yamamoto Kenji
Takaoka Sousuke – Yamada Jiro

 

INVITÉS

Misaki Ayame (ep1)
Morishita Yoshiyuki (ep1)
Nakamura Yasuhi (ep1)
Shioyama Misako – Fille du date club (ep1)
Haruya Tsubasa – Fille du date club (ep1)
Asuka – Mako (ep1)
Narita Ai (ep1)
Nakamura Yuri – Eri (ep1-2)
Kabe Amon – Hiroyuki (ep1-2)
Yonemura Ryotaro – Mishima (ep1-2)
Yamamoto Kojiro (ep1-2)
Miyahira Yasuharu (ep1-2)
Suzuki Yuki (ep1-2)
Doi Yoshio (ep3)
Kurokawa Tomoka – Miki (ep3-5)
Hirata Kaoru – Kaori (ep3-5)
Wakusawa Miku – Kyoko (ep3-5)
Seimiya Yumi – Emily (ep3-5)
Erina and Watanabe Bambi – Copine d’Emily (ep3-5)
Hirakata Genki – Takase (ep3-5)
Miura Yuu – Uehara (ep3-5)
Takezai Terunosuke (ep3-5)
Misaki Yu – Minami (ep9-10)

 

 

AVIS

Ce drama tiré d’un manga, qu’on peut classer d’érotique, est destiné à un public averti et donc à de jeunes adultes.
Ce n’est pas pour rien si son heure de programmation est si tardive.

Il est très explicite en ce qui concerne le sexe. On y voit des bibres de vidéos pornographiques, par exemple.
Je vous rassure, il n’y a rien de choquant et on n’aperçoit quasiment rien mais les sons qui s’en échappent ne laissent pas de place aux doutes.
On voit l’acteur Watabe Gota, nu. Pour les amatrices du jeune homme, ses fesses n’auront plus de secret pour vous !!!!

Les dialogues sont tout aussi clairs et les images montrent des filles qui ont… comment dire… un peu chaud ?! On y comptent des voyeurs qui s’assument ou non, des gars qui parlent de « passer du bon temps » avec des filles non consentantes, des infirmières perverses qui courent après le puceau, de « l’auto-satisfaction »…. Bref, ça cause de sexe tout le temps et presque sans aucun détour.

Pour en revenir à l’histoire même du drama, les 13 épisodes sont découpés en 5 petites histoires qu’on pourrait nommer :

– Le dating Club

– Les filles de la plage

– Les rumeurs du lycée pour filles

– Le serrurier usurpateur

– Les petites frappes

Tous les codes de l’amitié et de l’amour y sont représentés :

Saru et yamamoto sont les deux amis inséparables qui font les 400 coups ensemble.
Yamada, plus en retrait est un peu leur souffre-douleur mais n’en reste pas moins un ami qu’on ne laisse pas tomber.
Ritsuko, la fille de la bande, est carrément garçon manqué et leur fait peur dès qu’elle se conduit en fille désirable. C’est aussi elle qui a le record des kicks et des directs du droit.

Yamada aime en secret (Lui croit que c’est un secret mais il déclare sa flamme toutes les trois secondes sans s’en rendre compte !) Ritsuko qui s’en contrefiche comme de sa première culotte en coton.
Car Ritsuko aime saru mais ne se l’avoue pas.
Saru aime…. tout ce qui bouge et porte un soutien-gorge. Il ne comprend donc pas pourquoi il rêve de la jeune fille.
Et Yamamoto…. Yamamoto aime…. Ce qu’on veut bien lui laisser (Du moment que ça a une allure féminine même de très très loin) !!!!!

Je vais maintenant donner un avis plus personnel qui n’est à prendre en compte que partiellement car je pense que ce drama sera très partagé selon la personne qui le regardera.

J’ai fini par accrocher à ce petit monde. Le premier contact a été rude et je ne pensais pas regarder bien longtemps. Mais j’avais un cas de conscience car j’aime beaucoup les acteurs.

C’est vraiment lourd comme humour. Encore plus si vous êtes une fille.

Mélangez-le à des scènes manga-esques (très peu tout de même) et à un jeu d’acteur hyper exagéré (surtout pour Saru). Soupoudrez de passages « incroyables mais vrai » comme quand les héros se dépatouillent d’une situation indépatouillable et à la dernière seconde. (Je ne vais pas vous casser l’histoire mais vous voyez tous à quoi ressemblent ces situations, n’est-ce pas ???? ).

Et finissez en assaisonnant de répétitions-suspense. J’appelle répétitions-suspense ces moments où il va y avoir un rebondissement et juste avant d’y plonger, ils vous repassent la scène de transition 5 fois de suite, à la façon d’un 33 tours rayé, du genre TADA-TADA-TADA-TADA-TADAAAAAAAM (Haaaa enfiiiiin, j’ai cru que c’était mon épisode qui bugait !!!).

Bizarrement, avant la fin du premier épisode,  je me suis prise d’affection pour les personnages et j’ai suivi leurs aventures, tantôt en rigolant, tantôt absorbée, tantôt en râlant.
Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé malgré le style particulier. Je ne peux pas le classer dans mes préférés non plus.
Mais je peux dire qu’il m’a faite passer du bon temps et qu’il a le don de marquer les esprits.

Pour une fois que ça ne parle pas d’un bel amour utopique d’ados, on ne va pas se plaindre.
Ça bouge, c’est rythmé, les persos sont déjantés alors si vous avez un peu le blues… pourquoi pas ?!!!
Tentez-le et faites-vous votre opinion qui pourrait être le contraire de la mienne. Mais ne me balancez pas de bananes ! Interdiction formelle, hein !

Le film est sorti le 27 février 2010 et moi, bein, il serait temps que je me le trouve !!! Hé siiii !

Ichihara Hayato…. Envoûte-moi encore par ta voix…. et tes petits bras musclés !!!! Zut, j’ai le nez qui saigne….

(Heum, finalement, tout cet univers de perversion… il se pourrait que ça nous déteigne un peu dessus.)


TRAILER DU FILM 2010: