DONG YI – Les 25 premiers épisodes

Bien que la section « brouillons » du blog regorge d’articles à peine entamés, j’opte tout de même pour la présentation du drama du moment.

Tous les accros ont les mêmes symptômes lorsqu’ils achèvent celui qu’ils étaient en train de regarder… « QUOI ?! Déjà fini ?!!!!!! Miséricorde !!!!!! Il me faut une nouvelle piquouse de suite !!!!! Sinon, je me roule par terre !!!! »

À ce moment précis, ils partent en quête d’une nouvelle série à mater. Et tout se complique ! Ils peuvent se jurer 100 fois, 1000 fois, que le prochain sera untel ou untel de leur liste interminable; au final…. rien de tout ça !
Les voilà tentés par autre chose ! Ça n’a pas de fin.

En ce qui me concerne, en plus d’être embêtée face à mes sélections, je n’avais aucune envie de me lancer sur quelque chose en cours de diffusion.
J’ai horreur d’attendre, et suivre 15 dramas en même temps m’insupporte! (Exclusive, la fille, exclusive !!!!)

Pour résoudre ce casse-tête, je n’ai rien trouvé de mieux que de choisir une histoire étalée sur… tenez-vous bien… 60 épisodes !

.
– DONG YI –
.

HA HA HA ! Si au bout de 60 h de visionnage, les autres dramas ne sont toujours pas traduits, j’accepte de machouiller les cordons de ma capuche de sweat jusqu’à complète absorption (??!)

Flûte… Il semblerait que je doive ingurgiter du coton d’ici peu… j’ai déjà atteint le 25 ème épisode en un temps record !

En pensant à la revue que j’allais écrire sur ce drama colossal, j’ai quelque peu paniqué. Résumer 60 épisodes et donner un avis constructif en peu de mots est une tâche ardue. Alors, j’ai pensé que rédiger deux topos et une conclusion serait un bon compromis. Qu’en dites-vous ?


DONG YI est un drama d’époque qui s’inspire de certains pans de l’Histoire Coréenne. Il relate une version trèèèèès romancée de la vie de CHOI SOOK BIN qui, pour atteindre le sommet, se confronte à JANG OK JUNG, la concubine royale connue pour avoir défrayé la chronique.

CHOI SOOK BIN, quant à elle, est surnommée « la Cendrillon de Joseon » car sa naissance est pauvre. Elle est issue de la classe la plus basse de la société mais elle va gravir les échelons jusqu’à devenir la mère du prince. Son destin ressemble à celui de sa rivale OK JUNG. Les deux se battront pour le roi Sukjeong et pour la position de reine de la nation. (Consultez cet article de K-CULT pour en savoir plus.)

DONG YI rend la part belle à la future CHOI SOOK BIN et incrimine donc JANG OK JUNG. Toutefois, un autre drama vous transmettra une autre vision de cette légende : JANG OK JUNG LIVES IN LOVE.
Je vous écrirai une petite fiche une prochaine fois mais je peux déjà vous dévoiler que j’ai éprouvé un réel plaisir avec cette version peut-être plus proche de la réalité.

Avec DONG YI, le plaisir est encore décuplé. Tout est ficelé de sorte à vous rendre addictif. Des guests à gogo mais surtout, la flopée de personnages évoluant au fil des épisodes vous est présentée petit à petit, de sorte à vous laisser le temps de vous attacher à eux ou bien de les haïr.

C’est déjà bien malin mais pour enfoncer le clou, les complots et les affaires policières se multiplient, attisant perpétuellement votre curiosité.


Jetons un oeil au trailer :


Lorsque je lisais les commentaires des internautes qui prétendaient avoir vu plusieurs fois ce drama, je ne pouvais y croire. L’une d’eux affirmait que les rues de sa ville se vidaient à l’heure de la diffusion télévisée de DONG YI.

Incroyable ?! Pas tant que ça, en fait.

Si les feuilletons en costume d’époque sont fascinants, ils créent une accoutumance lorsqu’ils sont simplement bien faits.

La BO est sensationnelle et correctement dosée et adaptée. WALK IN A DREAMY ROAD interprétée par Jang Nara est sublime. Il y avait longtemps qu’une OST ne m’avait pas touchée.


 


 Synopsis

La petite Choi Dong Yi est une enfant perspicace et pleine de vie. Son père est médecin légiste et son frère est musicien à la cour du roi. Avec eux, elle apprend à lire, la science et la musique.

Bien qu’elle soit née pauvre, elle ne cesse d’étonner les gens qu’elle croise par son intelligence.

Ce qu’elle ne sait pas, en revanche, c’est que son père et son frère sont à la tête d’une organisation secrète qui mène des actions coup de poing pour défendre les opprimés.

Un jour, Dong Yi trouve le corps mourant d’un haut fonctionnaire. Celui-ci, dans un dernier souffle, lui confie un badge qu’il a arraché à son assassin et lui mime un mystérieux code.
.

Curieuse, la jeune fille tente d’aider son père a récolter des indices pour le compte du commissaire Seo. En réalité, ce meurtre cache un plus grand complot qui cible la chute de la faction Ouest soutenue par la Reine-Mère en personne.

L’organisation secrète tombe dans le piège de la faction Sud et est incriminée pour le meurtre d’un autre haut fonctionnaire : le père du commissaire Seo.

Ce dernier rompt ses liens d’amitié avec le père de Dong Yi et le condamne à une culpabilité qui le mènera à la mort. 

Dong Yi se retrouve orpheline et livrée à elle-même. Un moine prédit ceci : Si cette enfant survit, elle reviendra et accomplira de grandes choses.

Et Dong Yi survécut…
.

Poussée par le besoin de connaître la vérité et de la dévoiler au grand jour afin d’innocenter ses défunts père et frère, elle supplie sa bienfaitrice de la laisser entrer au palais en tant que servante.

Au sein de l’académie de musique, Dong Yi grandit et devient une belle jeune fille. Elle cherche toujours à déchiffrer le code de l’homme mourant qu’elle avait découvert jadis.

Elle est persuadée que Jang Ok Jung, la concubine du roi, est à même de l’aider dans sa quête…


 

Si la première partie (5 à 10 premiers épisodes) est sympathique, la seconde est carrément jouissante. Complots, action, arts martiaux et enquêtes sont les ingrédients principaux que nous proposent ces 25 premiers épisodes. Voguant entres scènes dramatiques et légères, il est impossible d’éprouver un quelconque ennui. Les revirements de situation sont fréquents et le scénario garde un voile d’opacité appréciable.

Le point qui m’aura le plus chiffonnée et qu’il faut que je mentionne, c’est cette manie des flashback dans les kdrama. J’imagine qu’ils sont nécessaires aux spectateurs qui suivent les tribulations de Dong Yi directement sur leur TV, semaine après semaine… Mais quand vous avez accès à tous les épisodes d’affilés, c’est pesant. Et je dois dire que l’on est pas peu servi dans ce cas précis.

Malgré ce petit inconvénient, Dong Yi reste une belle surprise et je n’espère qu’une chose… C’est que ça dure !
.
.


Regardez ce drama sur VIKI

 

4 commentaires

  1. Une série que je dois voir depuis au moins 3 ans (je crois)(le pire, c’est que j’ai tout ça en vostfr et en HD), mais il faut un peu de temps. Je ne sais plus si tu avais vu les dramas suivants qui sont des merveilles:
    Jumong, Kingdom of the wind, Iljimae et j’attend Emperor of the sea que personne ne traduit !!!!!!!!
    Et je veux absolument voir Hystory of the salary man…. mais trop hard de trouver les st.
    Les teams de traductrices et teurs sont en mode « romance » a gogo…
    Bref tant qsue je suis vivant il y a de l’espoir…

    J'aime

    1. Hou la la oui…. tout mon support et compassion, Dom Dom!
      Tu vas rester cloué devant ton écran à vie là! Mouahahaha!
      Je n’ai vu que Iljimae. Les autres m’ont faite fuir par leur longueur. Pourtant, je m’étais jurée de voir un jour Jumong. Il faudrait que je cherche les sous titres, s’ils existent encore.
      Alors pour les salarymen… je suis assez mitigée. Déjà, je n’ai pas vu la fin parce que lire des st en anglais me fait bizarrement dormir. (Si!)
      Et il est pas mal mais je m’attendais à nettement mieux. Plus d’intrigues. Moins de comique. Et l’histoire d’amour on s’en cogne un peu. Elle apporte quelques situations marrantes meuh bon… bof, quoi.
      Heu… oui… la romance, ok, mais trop point n’en faut, hein!
      Je préfère l’action et de loin! 😦

      Aimé par 1 personne

  2. Pour Salarymen, on m’avait prévenu, mais je trouvais les 1ers épisodes tellement drôle…. et puis tu es la énième personne qui me dit que la suite est mégabof. Bon, à la trappe. Toute façon la team qui faisait les st, c’était des tarés de 1ère.
    Par contre HONTE sur toi pour Jumong. C’est de loin le meilleur. J(ai une version HD mais avec st incrusté. Quand tu voudras je te les met en ligne, vite fait…

    J'aime

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s