Dur, Dur, le DURIAN !

Il y a quelques jours, ma belle-soeur fêtait son anniversaire. Rien de bien exceptionnel jusque là. Mais voilà, ma belle-soeur est Laotienne ! Et que déguste-t-on lors d’un anniversaire chez des Laotiens ?!
Un gâteau recouvert de crème fouettée qui cache une superposition de génoise et de fruit. Appétissant et plaisant pour les yeux.
Juste pour les yeux par contre… parce qu’au niveau olfactif, ce gâteau est un torture ! 

L’odeur qui s’en dégage se répand très vite dans toute la pièce et pour cause, le fruit contenu dans cette superbe pâtisserie n’est autre que le durian.

On comprend vite pourquoi la boîte du gâteau est bien plus solide et hermétique que celles des boulangeries qui se limitent aux croissants et aux Paris-Brest.
J’vous raconte pas le trajet en bus ou en métro !!!!
De quoi vous faire quelques ennemis… ou bien… de quoi vider la rame en 2 ou 3 stations. Ce qui peut devenir un confortable avantage sur certaines lignes bondées. Ceci mérite réflexion.

Mais revenons-en au durian. Connaissez-vous ce fruit ?
Tantôt surnommé le « fruit-roi », tantôt appelé le « fruit du démon », celui-ci divise mais ne laisse pas indifférent.
Originaire de Malaisie, le durian est consommé et véritablement apprécié en Asie du Sud-Est. La Chine en est également friande. Lorsque c’est la période, il se vend comme des petits pains, pour une bouchée de biscotte (environ 3€ LE fruit).
On le trouve sur de gigantesques étals. Vu sa taille, il faut ce qu’il faut !
Un fruit à maturité mesurera dans les 25 cm de diamètre et à peu près 40 cm de longueur., comme l’atteste le chariot de ces petits vendeurs  ambulants Vietnamiens sur la photo ci-dessous :

L’aspect extérieur du durian n’est pas engageant. Hérissé de piquants, il sait vous tenir à distance. Pourtant il aurait tout aussi bien pu s’en passer car ce qui caractérise cette grosse boule verte, l’arme ultime qu’elle possède, c’est son odeur de moufette !
Oui, le durian pue ! Et encore, le verbe PUER est faible !
Imaginez une remontée d’égout dans un local à poubelles où moisissent oignon et camembert… vous y êtes ?! Ça pue, hein ?! Hé bien, vous savez maintenant à quoi s’apparente le fumet du fruit du démon !
Son odeur est tellement pestilentielle , que le durian se voit interdire l’accès aux hôtels, aux lieux publics, aux transports, etc.
C’est une nuisance !
Vous pouvez l’acheter. Vous pouvez le transporter par vos propres moyens. Vous pouvez le manger. Mais loin !
D’ailleurs s’il y a bien quelque chose qu’il ne vaut mieux pas voler, c’est un durian. La preuve de votre culpabilité imprégnera votre personne jusqu’à vos entrailles.

Sa chair , quant à elle, est d’un jaune blanchâtre. Elle se cache sous une membrane non comestible et se divise en 5 ou 6 bulbes crémeux, doux et sucrés.
Ce qui me fascine avec ce fruit, c’est le contraste qu’il propose. D’un côté une fragrance et un aspect peu attirants. De l’autre, un goût plutôt subtil et une texture onctueuse comme si l’on mangeait un dessert.
Si je devais le décrire précisément, je dirais que manger un durian serait … comme manger une sorte de crème pâtissière accompagnée d’une compotée d’oignons confits.
Malheureusement, il est difficile d’oublier l’odeur entêtante. Du coup, le durian est injustement mal-aimé par ceux qui n’ont pas grandi avec.

Voyez plutôt cette vidéo et la réaction de la personne qui doit goûter à l’un des bulbes :



Pas très convaincant, n’est-ce pas ?

Personnellement, une fois les narines bouchées avec du PQ ou des serviettes en papier, je trouve ce fruit un peu spécial mais très bon.
Alors, avec espoir, j’ai essayé d’en faire goûter à ma fille…. Échec sur toute la ligne !!!!! Seul un quart d’une cuillère à café est entré dans sa bouche. De suite, elle s’est mise à maudire la terre qui permet aux arbres à Durian de pousser !

Je me suis donc posée une question existentielle :
Est-il possible de faire manger du durian à des enfants qui découvriraient cette nouvelle saveur ?!

La tâche est rude….

J’avais déjà tenté d’introduire le durian dans notre alimentation via les esquimaux que l’on trouve dans les supermarchés Asiatiques.
ERROR ERROR ERROR – 404
La senteur à l’ouverture de l’emballage ne trompe personne. Oui, même dans une glace industrielle !
Mes deux garçons ont croqué dedans tour à tour, ont fait la grimace et… j’ai fini la glace…

Au Laos, on mange le durian nature ou bien on l’accompagne d’un riz collant au lait de coco.
En me basant là-dessus, j’ai cherché des recettes de desserts simples sur le net. Une de ces recettes m’a particulièrement convaincue…

Je l’ai dénichée sur le blog Un nuage de lait :


Tapioca au lait de coco et durian

63421381

Pour 3 crèmes

La crème au durian
30 cl de lait
30 g de pâte de durian (que vous pouvez trouver ici)
20 g de tapioca
1 c à c de sucre blond

La crème à la coco
15 cl de lait de coco
7,5 cl de lait
15 g de tapioca
3 c à s de sucre blond
quelques lamelles de pâte de durian (en déco)

Les deux crèmes se préparent simultanément puis se superposent dans les verrines.

Mettre les laits dans deux casseroles différentes.
Ajouter la pâte de durian dans la casserole destinée à la crème de durian.
Porter à ébullition les deux casseroles.
Mixer le mélange lait/durian.
Baisser le feu.
Mettre les tapiocas dans chacune des casseroles.
Cuire à feux doux 8 minutes en remuant régulièrement au fouet. Le tapioca est cuit lorsqu’il est devenu complètement transparent. Sucrer les deux crèmes, laisser fondre quelques instants et donner quelques tours de fouet.
Verser équitablement la crème au durian dans 3 verrines.
Verser la crème au coco dessus.
Laisser tiédir à température ambiante.
Découper quelques lamelles de pâte de durian et les déposer sur les crèmes et déguster !


Hors saison,  le durian est excessivement cher, chez nous. Jusqu’à 9,90€ le KILO ! Ce qui nous fait un fruit à 50€ environ.
De la folie pure !
Toujours est-il que vous avez la possibilité d’en trouver en barquette (extrêmement bien plastifiées) au rayon surgelé et sous cette forme:

La barquette vous coûtera dans les 5€ tout de même. Un peu abusif pour 2 ou 3 bulbes… Mais le goût de la nostalgie n’a pas de prix !

Pour ceux qui n’ont vraiment pas envie de se salir les mains, ceux qui n’aiment que les plats préparés, ceux qui détestent cuisiner mais qui adorent les jolies et bonnes choses qui se mangent…. Pour ceux qui voudraient mais qui ont peur d’essayer le durian, pour les couples mixtes, pour ceux qui souhaiteraient de l’original fait à partir du traditionnel… Pour les Parisiens (hé oui)…
Pour tous ceux-là, il y existe une pâtisserie dans le 13ème qui propose le meilleur des gâteaux français, le meilleur de l’Asie et le tout mêlé et revisité.

Tartelette au durian, verrine au durian, millefeuille au durian, éclair au durian, macaron au durian.
– Un voyage pour les papilles –

MyuMyu vous accueille du lundi au samedi de 8h30 à 20h, au 17, rue Philibert Lucot. Métro Maison Blanche, Porte de Choisy.

N’hésitez plus et succombez au durian !