Y’A PAS D’ÂGE POUR LE MANGA !

 

 

Vous l’avez peut-être remarqué grâce aux illustrations du blog : J’aime énormément les mangas !
En bouquin, en anime, je suis friande des BD Japonaises (ou Coréennes).

Mais… quel âge faut-il avoir pour débuter dans le manga ?
Contrairement aux préjugés bien de chez nous, on peut en trouver pour de très jeunes enfants.
Vous ne me croyez pas ?!


 

Une forte majorité de parents (dont je fais partie) ont grandi devant le Club Dorothée et les programmations de la 5ème chaîne.

Et si je vous demande quel est le point commun entre Dorothée et la 5, vous me répondrez … ?

Les manga, bien évidemment !

Ces dessins animés venus du Pays du Soleil Levant que l’on regardait à l’époque avec émerveillement, sont presque toujours l’adaptation de la BD du même nom.
Bien que les animes aient eu, et continuent à avoir, mauvaise réputation, il faut savoir que la version télévisée est bien plus censurée que la version « papier » puisqu’elle est destinée au « grand public ».
Pourtant, il serait dommage de passer à côté de ces BD où l’humour et autres sentiments y sont plus prononcés; et où l’imagination s’y construit d’elle-même.

L’industrie du manga, se renouvelant perpétuellement, permet à des dizaines de titres de voir le jour chaque mois.

Difficile de s’y retrouver et cela, même en étant un fidèle adepte…

Je suis sortie de ma période « dévoreuse de mangas » il y a quatre ans à peu près.
Et alors que je me vantais d’être une érudite en la matière, j’ai vite perdu le fil et ce, en moins d’une demie année.
C’est un domaine où tout va très vite.
Un moment d’inattention sans vous tenir au courant des sorties et vous voilà fichu(e).

Ainsi, mes enfants ont été naturellement biberonnés au manga. Je leur ai refilé le virus sans trop m’en rendre compte.
Maman lit et regarde des manga, alors ses enfants l’imitent.

Une fois, une amie, poussée dans ses derniers retranchements par son fils, est venue me demander conseil sur les premiers Dragon Ball.
J’avoue que son attitude renfrognée m’a légèrement agacée. J’étais outrée de voir à quel point mes mangas chéris persistaient à être si mal aimés malgré mes efforts à tenter de la convaincre que les petites culottes que l’on pouvait apercevoir dans l’histoire de Sangoku donnaient un ton léger et rigolo mais surtout pas obscène.

Auprès d’autres parents, le résultat n’était guère meilleur. Dès que j’ouvrais la bouche sur le sujet, ils me renvoyaient la même image que cette amie.

Puis, un beau jour, ma fille est revenue avec un de ces bouquins aux dessins pour le moins suggestifs.

Tout à coup, j’ai compris ces parents !

J’ai compris que je ne voyais pas le danger parce que , jusque là, JE contrôlais ce qu’ils lisaient ou regardaient.

Car, oui, le manga regorge d’actions inattendues et peut mêler dessins enfantins sur fond de tragédie grecque, voire romaine avec les orgies qui vont bien !

Pourtant, croyez-moi, il est inutile de paniquer si votre jeune enfant vous parle du tome de Machin-Chose qu’il a lu à la bibliothèque.

Ne devenez pas négatif(ve) s’il vous annonce qu’il a aimé ça et qu’il rêverait que vous lui trouviez la suite.

Il y a juste deux ou trois petites choses à connaître avant d’interdire complètement ce genre de lecture.

Le premier conseil est d’ éviter de vous précipiter dans un rayon et de feuilleter n’importe quel manga à la couverture mignonnette.
Vous pourriez être surpris(e) de trouver des scènes violentes ou érotiques à l’intérieur.
De plus, vous perdriez vite patience devant la diversité qui garnie les étalages et encore plus en butant sur les lecteurs qui pullulent, agglutinés au rayon, dévorant les 34 tomes d’une série passionnante.

Les mangas se classent par genre et par type de public.

Les KODOMO sont ceux qui conviennent aux enfants dès l’âge de 3 ans.
Kodomo qui signifie d’ailleurs et tout simplement « enfant ».

Qualifier tous les kodomo de manga est un acte erroné. Dans cette categorie, il existe aussi des livres illustrés et colorés comme ceux que l’on trouve chez nos auteurs Français et destinés aux maternelles :

BONJOUR TAMAGO !

Dans leur nid, les œufs que Maman Poule a couvés avec amour sont sur le point d’éclore. Les uns après les autres, les poussins brisent leur coquille pour sortir au grand jour. Tous sauf un, qui donne des coups de bec avec acharnement mais n’arrive pas à se dégager. Voilà le petit poussin condamné à rester enfermé dans son œuf ! Avec le temps, Tamago ne grandit toujours pas. Il est même plus petit que ses frères cadets ! Il s’habitue pourtant peu à peu à sa condition. Mais le jour où Tamago et ses petits frères se font attaquer par un corbeau, il va découvrir qu’il est parfois très utile d’être protégé par une coquille bien solide !


 

Quelques mangas dans leur forme d’édition la plus courante sont proposés aux enfants à partir de 6 ans. La seule différence réside dans les dessins colorisés.

Le kodomo le plus adorable pour la tranche des 6 /8 ans est peut-être Chi. Cette histoire s’adresse aux petits comme aux grands alors allez-y de bon coeur et les yeux bandés. Le premier tome s’intitule CHI – C’EST MON PRÉNOM.

Le second:

CHI – UNE VIE DE CHAT

Ce manga raconte l’histoire d’un petit chat
recueilli par une famille et son évolution au
sein de cette famille. Chaque épisode met en
scène un moment marquant de cette vie de
chat : sa première rencontre avec une auto,
avec un chien, comment il va apprendre à
faire ses besoins dans la litière, le bon goût
des croquettes, la chaleur du soleil à travers
les vitres, le confort ouaté des pantoufles de
papa, etc.


Dans le même genre, découvrez PAN’PAN PANDA, UNE VIE EN DOUCEUR, ou l’histoire d’une amitié entre une fillette et un panda:

PAN’PAN PANDA

Panettone, que tout le monde appelle Pan’Pan, est un panda qui travaille comme gardien à la résidence Kanda. Il habite avec Praline, une fillette débrouillarde qui lui prépare les meilleurs petits plats. Chacun veille ainsi l’un sur l’autre et s’entraide dans tous les moments de la vie : qu’il s’agisse de choisir un nouveau foulard pour Pan’Pan, d’accueillir les nouveaux voisins ou encore de préparer les fêtes de Noël.Au fil des pages, le petit monde de Pan’Pan et de Praline s’enrichit de personnages tout aussi attendrissants (Rose en admiration devant le panda, Paprika la tête de mule…) qui viennent mettre de l’animation dans leur quotidien !

 


 

Je ne pouvais pas partir sans présenter le dernier petit bijou des éditions Ki-oon : ROJI !
Entre conte et poésie, illustré comme une peinture, ce manga révèle l’innocence sans pour autant oublier d’être drôle.

ROJI !


Yuzu et Karin sont deux sœurs au caractère très différent, l’une fofolle, l’autre sérieuse. Entre deux bagarres pour rire avec les garçons, elles enjolivent le quotidien à coup d’idées toutes plus farfelues les unes que les autres. Trouver un nouveau foyer pour des chatons abandonnés, débusquer une mystérieuse librairie qui n’ouvre qu’à minuit ou improviser une piscine sur un toit d’immeuble… aucun défi ne leur résiste !
Toujours accompagnées de Zanzibar, le plus grognon des chats du quartier, elles traquent les légendes locales et découvrent petit à petit que le merveilleux n’est jamais très loin…

 


 

À partir de 8 ans , le style des manga se rapproche déjà de ceux des SHONEN (pour les garçons) et des SHOJO (pour les filles), ou autrement dit, des manga pensés pour les ados. De la baston et des amourettes à gogo pour ces deux catégories ! Les pages perdent leurs belles couleurs et les trames deviennent noires et blanches.
Il n’est donc pas étonnant de mentionner, ici, des titres comme PokemonBeyblade ou Inazuma Eleven que vous connaissez certainement :

POKEMON

Nos jeunes héros sont prêts à tout pour devenir les meilleurs éleveurs de Pokémon de la planète. Pour cela, il faut en attraper le plus possible, les entrainer pour les livrer à des combats durant lesquels ils vont prendre du galon. Arrivés à un certain seuil de force, les Pokémon subissent ce que les initiés appellent une « évolution », se transformant en monstres beaucoup plus puissants.

 


 

BEYBLADE

Ginga est un blader au cœur ardent qui aime affronter des adversaires de taille. Pour sauver Kenta, enlevé par la bande des « Chasseurs de têtes », il accepte de relever le défi de leur leader, Kyôya. Après un combat particulièrement ardu, voilà qu’apparaît Ryûga, le chef de la mystérieuse organisation de la « Nébuleuse Noire » qui tua le père de Ginga, afin de s’emparer de la toupie interdite, la terrible L-drago. Confronté à son ennemi juré, et brûlant de se venger, notre jeune héros va devoir rassembler toutes ses forces pour terrasser ce nouvel adversaire !


 

INAZUMA ELEVEN

Mark Evans, leader de la modeste équipe de football du collège Raimon, tente de ranimer l’esprit d’Inazuma Eleven, une team légendaire composée de membres ayant chacun une technique de jeu foudroyante. Envers et contre tous – notamment la fille du directeur qui a juré la dissolution de leur équipe – ils se lancent à la poursuite de leur rêve ! Mais les adversaires sont de taille, à commencer par l’institut Occulte, qui leur a lancé une terrible malédiction ! Mark et ses co-équipiers sauront-ils la vaincre et triompher sur le terrain ?


 

Du côté fifille, il y a tout un panel d’histoires acidulées ou cotonneuses mais qui laisseront nos coquines bien rêveuses. Mon choix se portera sur Koko-san, Kilari et Grimms Manga.

KOKO-SAN

Koko raconte, par le biais de courts épisodes, l’histoire touchante d’une collégienne japonaise qui décide un beau jour d’adopter le coq qu’elle croise au retour de l’école. Mais la cohabitation s’avère plus compliquée que prévue : entre les cris tonitruants au réveil, les coups de bec assénés aux copines un peu trop curieuses, ou l’appétit insatiable de la bête qui dévore l’assiette en même temps que les graines, s’occuper d’un coq requiert patience, dévotion et surtout une bonne dose d’ingéniosité !


KILARI

Kilari Tsukishima est une collégienne de 14 ans gourmande et insouciante jusqu’au jour où elle rencontre Seiji, célèbre chanteur appartenant au groupe Ships. Elle tombe follement amoureuse de lui et décide de devenir une grande artiste à son tour, afin de le séduire. Un long parcours débute pour elle, afin de devenir une star, qui l’amènera à vivre bien des aventures et des rencontres étonnantes. Mais Kilari peut compter sur l’appui de Na-san, son petit chat, doué en arts martiaux et en cuisine, pour la consoler des misères de l’arrogant Hiroto.

 


 

GRIMMS MANGA
grimms_manga_extrait

Kei Ishiyama, l’auteure, ne se contente pas d’adapter ces récits mais s’en inspire pour proposer ses propres poésies narratives… et fait preuve d’une imagination pour le moins débordante ! Le loup du Petit Chaperon rouge reçoit ainsi les conseils avisés de chèvres avant de deviser sur l’injustice des hommes et d’aider Mère-Grand à couper du bois. Raiponce, aux cheveux d’or et à la voix d’ange, n’est plus une jeune fille mais un beau jeune homme retenu par une sorcière…

 


 

Ceci, je le précise, n’est qu’une infime sélection. Avec quelques petites recherches vous pouvez accéder à des listes interminables de mangas pour vos enfants qui pénétreront dans des univers magiques.
Univers qui absorberont nos petits lecteurs.
Même les galopins qui émettent des réticences à lire des livres plus « habituels » acceptent généralement de se laisser convaincre puisque dans un manga il y a des images, oui, mais n’oublions pas leur dynamisme.
Finis la lecture fastidieuse et les textes en bloc !

Avec les miens, ça fonctionne à la perfection. Un Naruto, un One Piece ou un Black Butler entre les mains et je ne les entends plus…

(source: Manga News )

Hum ? Oui, j'écoute !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s